Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Faire la lecture aux nourrissons ne peut pas faire de mal, bien au contraire

Victor De Sepausy - 11.05.2017

Edition - International - enfants lecture parents - compétences lecture nourrisson - alphabétisation lecture livres


Faire la lecture aux nourrissons dès leur plus jeune âge stimule l’acquisition de vocabulaire et leurs compétences, indique une étude. De la sorte, avant même leur arrivée à l’école élémentaire, les enfants disposent de compétences en lecture supérieures. S’il était encore besoin de le dire...


Milo and His Book
PRODonnie Ray Jones, CC BY 2.0
 

 

Carolyn Cates, de la New York University (NYU) School of Medicine, auteure de l’étude, menée auprès de mères et de bébés suivis sur 54 mois, le confirme : « Ces résultats suggèrent que la lecture faite aux jeunes enfants, dans leur petite enfance, a un effet durable sur le langage, l’alphabétisation et les compétences en lecture. »

 

Et de poursuivre : « Ce qu’ils apprennent lorsqu’on leur fait la lecture en tant que nourrissons, a eu un effet, quatre ans plus tard, quand ils entrent à l’école élémentaire. » 

 

Pour aboutir à ces conclusions, 250 mères et enfants ont été pris pour cobayes – ces derniers ayant entre 6 mois et 4 ans et demi. L’équipe de recherche a analysé la quantité de livres que mères et enfants ont partagés à la maison, ainsi que le nombre de jours passés ensemble à lire.

 

La qualité des textes a également été prise en compte, non littéraire, mais pour s’assurer qu’ils étaient adaptés à l’âge de l’enfant. De même, les chercheurs ont vérifié les interactions durant la lecture – est-ce que l’adulte commentait les images ou les émotions qui se dégageaient des personnages, pour exemple ? 

« Je crois que la lecture de livres est un instant vraiment important pour que se développent des échanges linguistiques riches », note Carolyn Cates.

 

Le dernier point pris en compte, ce sont les différences socio-économiques entre les cobayes.

 

Les résultats mettent en évidence l’importance des programmes établis dans les soins primaires pédiatriques, qui encouragent la lecture et le partage peu après la naissance, souligne Cates. L’American Academy of Pediatrics promeut en effet des programmes d’alphabétisation, par lesquels les parents sont invités à se lancer dans la lecture auprès de leurs enfants. 

Les résultats de cette étude, Early Reading Matters: Long-term Impacts of Shared Bookreading with Infants and Toddlers on Language and Literacy Outcomes, ont été présentés lors de la réunion annuelle de la Pediatric Academic Societies Meeting, qui se déroulait ce 8 mai à San Francisco. Elle n'a toutefois pas encore été communiquée dans son intégralité. 
 

Les filles lisent mieux que les garçons – ou les tests les favorisent ?

 

Voilà deux ans, cette même académie avait souligné l’importance de la lecture durant l’été, cette fois auprès des enfants entrés à l’école primaire. Cette activité au cours des vacances n’améliorait pas forcément leurs compétences de lecture, mais permettait de ne pas perdre les acquis de l’année scolaire.