medias

Faire la promo du livre physique à l'ère numérique

Xavier S. Thomann - 27.02.2013

Edition - Librairies - Type - Canada - Librairie indépendante


La  librairie canadienne Type s'est retroussé les manches pour mettre en place une opération de communication originale. En publiant une jolie vidéo sur internet, dans laquelle les livres s'animent comme par magie, la boutique redonne un peu de vitalité au bon vieux livre papier. Et avec une indéniable réussite.

 

 

Type.

go ask alice . . ., CC BY 2.0

 

 

Il aura fallu l'aide 28 personnes pour réaliser ce petit film de 2 minutes mettant en avant la librairie de Jo Saul, à Toronto. La réalisation, signée Sean Ohlenkamp s'intitule à juste titre « The Joy of Books » (la joie des livres), un titre à double sens. Littéralement, les livres sont tellement heureux qu'ils bougent dans tous les sens et prennent vie - mais également, au travers de l'animation, rappeler le plaisir de la lecture et de la possession du livre. 

 

Saul décrit l'idée derrière le film : « Les portes se ferment, le libraire rentre chez lui après une journée de travail et la fête commence. Les livres se lèvent et dansent, ils vérifient que personne ne les regarde et ils passent un très bon mois. C'est magique. » Une révision, en quelque sorte, de Fantasia...

 

Le film a séduit jusqu'à présent plusieurs millions de personnes sur YouTube, ce qui est tout à fait encourageant. Reste à savoir si ce message gentiment militant a su produire son effet, en encourageant les gens à acheter des livres en librairie au lieu de seulement les feuilleter avant de se les procurer sur Amazon. 

 

On espère pour eux que l'opération portera ses fruits : plusieurs nuits blanches ont été nécessaires pour déplacer et ensuite remettre à leur place les livres du magasin. 

 

Le propriétaire, lui, a bon espoir : « Nous devons encore travailler davantage » face à la compétition virtuelle croissante dont témoigne les nombreuses fermetures de librairies. Selon lui, pour survivre, le magasin doit savoir se rendre « indispensable à la communauté ». 

 

Trêve de bavardage, voici la vidéo en question: