Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Faire lire les garçons : situation d'urgence en Nouvelle Zélande

Clément Solym - 08.08.2014

Edition - International - Australie lecture - garçons filles - livre adolescents


Un grand pouvoir, de grandes responsabilités, répétait l'oncle de Spider Man. Pour les parents, même credo : des études de Nouvelle-Zélande montrent qu'ils doivent s'engager plus activement dans la lecture avec leurs enfants. Dans la région de Wairarapa, au sud-est de la partie nord de l'île, les résultats inquiètent les autorités.

 

bedtime stories - an encore of Quiet, LOUD! - _MG_0292

Quiet CC BY NC SA 2.0

 

Deux publics seraient particulièrement concernés par les problèmes de lecture : les garçons, et les Maoris. En comparaison des filles et de leurs homologues caucasiens, ces groupes affichent les moins bons résultats dans les données nationales de 2013. Pourtant, tout le pays a montré des statistiques en amélioration, que ce soit en écriture, lecture ou mathématiques. 

 

Le problème soulevé par des membres de la communauté éducative, est que les familles ont besoin de s'engager plus largement aux côtés des garçons et des Maoris. D'autant plus que la question revient régulièrement, assure Ed Hodgkinson, président de l'association des directeurs d'écoles primaires régionales. 

 

« C'est quelque chose que nous voulons vraiment résoudre. Mais les enseignants ne peuvent pas y parvenir tout seuls. Nous devons encourager les parents, les grands-parents et le whanau [NdR : la famille au sens élargi] à nous rejoindre et s'engager dans l'apprentissage de leurs enfants. »

 

Et pour améliorer les compétences des enfants en lecture, M. Hodgkinson invite les parents à faire la lecture à leurs enfants - et à commencer le plus tôt possible. « C'est à cet âge que toutes les compétences de base en langue orale et écrite commencent. Il est beaucoup plus difficile d'intéresser les garçons à la lecture quand ils arrivent à 5 ou 6 ans. On les a déjà perdus. Aussi, les parents doivent faire la lecture dès la première année. »

 

L'une des explications avancées est que les familles modernes prennent de moins en moins ce temps de lecture, parce que les parents sont pris par la pression au travail. Le cas des couples séparés est également problématique. Des programmes proposent l'envoi de cinq livres dans les foyers, pour inviter à lire. « J'ai remarqué que, même dans certains des foyers aux ressources limitées, la maison peut avoir la télé dernier cri, mais pas de livres. »

 

Une réalité high-tech qui dépasse la fiction, et doublée du fait que l'on n'offre plus de livres aux enfants pour les anniversaires, ni Noël, regrette Ed Hodgkinson. Le programme Duffy Books in Homes peut pallier pour partie à ce point, en introduisant un peu de lectures dans les foyers. À condition que les parents suivent la tendance. (via NZ Herald)