Fanfiction d'Amazon, en revenir à Cthulhu et Cyrano ?

- 25.06.2013

Edition - International - fiction - chtulhu - fanzines


Bien décidé à occuper tous les segments de l'édition, Amazon lançait le mois dernier Kindle Words, un service de monétisation de fan fiction. Des écrits qui jusque-là pullulaient sur les magazines amateurs, les blogs et sites communautaires dédiés à un univers précis. Aujourd'hui, le leader du commerce a négocié directement avec les auteurs et ayants droit de Gossip Girls, Vampire Diaries, Pretty Little Liars, pour l'exploitation par de nouvelles plumes de ces séries sous de nouveaux développements.

 

 

 

 

Avec l'introduction d'un modèle financier - 35 % de droits à l'auteur de la fiction, de même pour les ayant-droits de l'idée originale et 30 % pour Amazon – la fan fiction sort d'une image amateur pour devenir un tremplin éditorial de lecteurs fans devenus auteurs. Ce mélange de genre n'est pas nouveau et a constitué l'âge d'or du pulp, la fiction sur papier bon marché, avant d'être, bien plus tard repris dans les seuls fanzines, magazines amateurs de passionnés.

 

L'idée n'est pas nouvelle et a connu un certain succès entre déclinaison d'aventures apocryphes de Sherlock Holmes ou Tarzan. Chez nous, la chose n'est pas inconnue avec le genre très national du roman de cape et d'épée.

 

D'artagnan, Sherlock et Dagon

 

Paul Féval fils, rejeton de l'auteur du Bossu, s'engouffre au début du siècle dernier dans la brèche de l'exploitation de personnages qui lui sont antérieurs. S'en suit plusieurs récits qui reprennent la descendance de Lagardère, héros paternel et l'invention d'une rivalité entre D' Artagnan et Cyrano. Outre atlantique, le panthéon des déités maléfiques de Lovecraft déchaînera le même engouement. À ceci près, que l'apparition du jeu de rôles réactualisera les démons et merveilles du Maître de Providence dans les années 80.

 

Publié dans The Vagrant en 1919 puis dans le fameux Weird Tales en 1923, le fantastique gothique de La Tombe et l'émergence de la cosmogonie malsaine avec Dagon assure la naissance du mythe. Celui d'un mal venu du ciel qui ne meurt pas. Influence largement reprise dans un premier temps par le cercle des auteurs proche de l'auteur : Clark Ashton Smith, Robert E. Howard et dans un second temps, correspondance et conseil de l'écrivain aidant, Robert Bloch, Fritz Leiber, Henry Kutner. Sans oublier, le passeur de génération, August Derleth qui en compilant les travaux de Lovecraft tout au long de sa vie redonnera régulièrement un souffle au Mythe, repris par de jeunes auteurs.

 

Si le cercle d'écrivains Lovcraftien aime à échanger ses influences entre les différents récits de ses membres - échange de cultes maléfiques et caméos - c'est Lovecraft, inventeur, et l'aîné du groupe qui appuiera le plus sa marque. Aujourd'hui, le développement d'une plateforme de fictions écrites par et pour des fans cumule plusieurs points communs avec les pulps comme Weird Tales : support populaire, peu coûteux, ferment de jeunes auteurs qui forgent leur style sur la reprise d'univers. Ne reste plus qu'à attendre le cross-over Edward Cullen contre Harry Potter.