Fayard justifie les dépenses faites pour la promotion du livre de Ségolène Royal

Victor De Sepausy - 16.01.2020

Edition - Justice - Ségolène Royal - Sophie Closets Fayard - ambassadrice poles fonction


L’autrice du Manifeste pour une justice climatique se défend : les « allégations diffusées par certains médias » seraient infondées. Après la convocation à l’Assemblée nationale survenue fin décembre, a en effet surgi une enquête menée par le Parquet… mais qui date de deux mois déjà, assure Ségolène Royal.

Résultats du 4e appel à projets du Programme d’Investissements d’avenir pour l'eau et la biodiversité (Hôtel de Roquelaure - Paris)
Ségolène Royal - Écologique Solidaire, domaine public


Attaquée, l’ancienne candidate à la présidentielle a décidé de répondre, pied à pied, sur Facebook. Les accusations portent sur l’utilisation faite des moyens que le Quai d’Orsay et le ministère de la Transition écologique ont mis à sa disposition pour sa mission d’ambassadrice des pôles. Elle bénéficiait en effet de 100.000 € de frais de missions, ainsi que de trois collaborateurs.

Or, parmi les attaques portées, celle d’avoir usé de ces ressources pour la promotion de son ouvrage, publié aux éditions Fayard. Et la présence desdits collaborateurs lors de dédicaces. 
 

La promotion d'un ouvrage ? Rien à déclarer


« Une attestation des éditions Fayard (qui a gardé les factures consultables) a été établie. Pas un seul euro du ministère n’a été utilisé pour ces dédicaces », assure Ségolène Royal, qui joint d’ailleurs un justificatif signé par la PDG de la maison, Sophie de Closets.

Elle certifie « que tous les frais de déplacement liés à la promotion du livre Ce que je peux enfin vous dire de Ségolène Royal, paru en octobre 2018, ont été pris en charge par les éditions Fayard, qu’il s’agisse des frais de Ségolène Royal comme ceux… » le reste est flouté pour préserver l’anonymat des personnes. 

Le livre s'est écoulé à plus de 59.000 exemplaires annonce son éditeur.



 
Concernant la présence lors de dédicaces, elle confirme que des collaborateurs l’ont accompagnée. Sauf que… « Leurs déplacements, effectués à leur demande, et sur leur quota de jours de congés ont été intégralement pris en charge par la maison d’édition Fayard, preuves à l’appui. »

Et d’ajouter : « Cela correspond à quatre jours ouvrés par an pour l’un et trois jours et demi jours ouvrés par an pour l’autre. Chacun pourra convenir que contrairement aux accusations, le fonctionnement de la mission Pôles n’en a pas été affecté. »

Enfin, la fameuse enveloppe de 100.000 €… n’existerait tout bonnement pas. Les sommes dépensées sont doublement contrôlées, et les montants s’élèvent, pour 2018 à 41.576 € et 50.207 € pour 2019. 
 

Il semblerait cependant que, du fait de ses prises de paroles et de position anti-Macronie, l’intéressée soit prochainement démise de ses fonctions. L’Assemblée nationale doit cependant encore l’auditionner sur les deux années de poste, fin janvier ou début février. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.