Féminisme et inspiration : Margaret Atwood interviewée par Emma Watson

Antoine Oury - 18.07.2017

Edition - Margaret Atwood Emma Watson - Féminisme Margaret Atwood - Margaret Atwood La Servante écarlate


L'une est auteure reconnue, a signé La Servante écarlate, récit dystopique d'une Amérique qui opprime les femmes, l'autre est actrice, ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes : Margaret Atwood a été interviewée par Emma Watson pour le magazine Entertainment Weekly. L'occasion d'évoquer les inspirations de l'auteure, la société actuelle et le féminisme, entre autres.


Margaret Atwood
Margaret Atwood (Mark Hill, CC BY-ND 2.0)
 

Emma Waston est une grande lectrice, et elle a mis à plusieurs reprises La Servante écarlate, le livre de Margaret Atwood, en valeur : en le nommant parmi la sélection des mois de mai et juin de son club de lecture, et en distribuant des exemplaires du roman dans Paris il y a quelques semaines. Inutile de souligner qu'elle a apprécié le roman, « qui rend compte avec tellement d'acuité de ce qu'une femme ressent lorsqu'elle perd le contrôle de son propre corps », selon les mots de Watson.

 

Le roman est en effet devenu une sorte de manifeste social aux États-Unis, notamment dans l'Ohio : des femmes ont revêtu les habits des Servantes écarlates pour protester contre une législation qui vise à interdire certains avortements. « Je ne pense pas que l'Amérique acquiesce d'une seule voix devant tout ça [le résultat des élections présidentielles et les nouvelles lois sur la santé], comme vous l'avez sûrement vu en lisant les informations. Vous avez sûrement vu ces femmes habillées en Servantes, qui s'assoient au Capitole pour protester », signale ainsi Margaret Atwood à Emma Watson, qui s'inquiète des positions défendues par Donald Trump et certains États américains.

 

Atwood, à la demande de Watson, évoque aussi ses inspirations pour La Servante écarlate : « Pour commencer, les discours que tenaient déjà les gens de droite dans les années 1980. [...] Je pense que les gens qui disent ce genre de choses le feront s'ils en ont le pouvoir. » Mais aussi la fondation de l'Amérique au XVIIe siècle, et enfin la science-fiction des années 1930, 40 et 50.

 

L'entretien complet est à cette adresse.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.