Fermeture de bibliothèques : Philip Pullman contre 'les Barbares'

Clément Solym - 21.07.2011

Edition - Bibliothèques - bibliothèques - pullman - brent


Six des douze bibliothèques du quartier de Brent à Londres sont sur le point de fermer. (voire notre actualitte). Et ça ne plaît pas à beaucoup de britanniques, dont plusieurs célébrités. Parmi elles, Depeche Mode, les Pet shop Boys, Nick Cave, Goldfrapp et plus récemment Philip Pullman qui vient de publier un papier dans le Telegraph intitulé Why we must stand up to the book barbarians pour défendre ces bastions de la culture.



L’écrivain britannique Philip Pullman, connu pour le cycle littéraire À la croisée des mondes (Gallimard jeunesse), n'y va pas de main morte. Il
explique au Telegraph que « Fermer les bibliothèques est un projet pour appauvrir la culture », ajoute-t-il, « les bibliothèques ne sont pas seulement un endroit où on stocke les livres. Beaucoup d’entre nous pensent qu’elles symbolisent quelque chose de plus profond, que la Grande-Bretagne est un pays civilisé. Et quand une partie de notre civilisation est en danger de destruction, nous devons nous élever contre les barbares. »

Il précise :
« Pour la plupart des passants à Brent, la bibliothèque Kensal Rise n’est qu’un établissement municipal de briques rouges victorienne de plus, que l’on remarque uniquement parce qu’il est légèrement plus grand et plus large que les maisons du même acabit aux alentours. Mais s’ils s’arrêtaient pour aller à voir à l’intérieur, ils verraient une plaque à l’entrée indiquant que l’établissement a été inauguré en 1900 par le célèbre auteur américain Mark Twain et cela devrait au moins soulever certaines curiosités (…)

Mais il y a, en ce matin brumeux, alors que les vieux comme les jeunes lecteurs parcourent les étagères, peu de chances son sort ne soit plus scellé par les projets du gouvernement.
»
L’affaire a été portée devant la haute Cour par les défenseurs des bibliothèques, qui juge cette décision « illégale » alors que ces fermetures ne correspondent pas aux besoins des habitants locaux, et pourraient entraîner une discrimination indirecte envers les immigrés, les plus âgés et les handicapés. (notre actualitté)

Au cours de la première audience qui a eu lieu hier, le 20 juillet, le conseil municipal de Brent a rejeté toutes les propositions faites par les habitants pour sauver les bibliothèques. L’avocat de Brent a répondu en affirmant que « ce n’est pas histoire de fermer les bibliothèques parce que la mairie ne peut plus se permettre de les entretenir financièrement. Il a toujours été question d’améliorer les services bibliothèques de la ville. » (London 24).