Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Fermeture de deux librairies indépendantes au Québec

Nicolas Gary - 21.09.2013

Edition - Librairies - librairie indépendante - Québec - prix unique du livre


Avec la fin des audiences de la commission parlementaire, chargée de consulter les acteurs de l'édition, pour l'examen d'une loi portant sur le prix unique du livre, l'Association des libraires du Québec a appris que deux établissements venaient de fermer. Dans un communiqué, l'ALQ déplore cette coïncidence malheureuse.

 

 

 

 

Serge Poulin, le président de l'Association appelle à une réaction rapide : « Il y a urgence d'agir de la part du gouvernement, via une législation qui soutiendrait la librairie et le livre. Depuis 2007, le nombre d'ouvertures de librairies ne vient plus compenser le nombre de fermetures, pire encore, depuis 2009 il y a une accélération. »

 

Les deux établissements qui ont fermé sont la librairie Phylactère, située rue St-Joseph Est à Québec, qui avait ouvert ses portes en avril 2011 et faisait la promotion de la bande dessinée québécoise, européenne, américaine et asiatique. « Établie rue Saint- Joseph, principale artère commerciale du quartier Saint-Roch, la Librairie Phylactère ravit les mordus du neuvième art et séduit les néophytes. Une boutique colorée et inspirante; la seule du genre à Québec », écrivait le journal Voir en novembre 2012.

 

L'autre, la librairie Guérin, située à Montréal, était une institution, associée à Guérin éditeur, chef de file dans l'édition de manuels scolaires de niveau préscolaire à universitaire, depuis 42 ans. Cette librairie était la seule encore ouverte des trois librairies Guérin, ayant eu pignon sur rue.

 

Pour l'ALQ, plus que jamais, la protection des librairies indépendantes, en tant que lieux de diffusion de la culture, doit être une priorité. « Elles couvrent tout le territoire québécois et assurent une richesse qui est menacée par un marché non- réglementé », assure le communiqué. 

 

Et d'ajouter que c'est au travers d'elles que les auteurs peuvent « naître et grandir ». A ce titre, la réglementation sur le livre serait un outil de régulation du marché, tout en assurant aux librairies de poursuivre leur mission, tant dans la diffusion que la médiation du livre.