Féroce lecteur, Dmitri Medvedev séduit par l'ebook et Deep Purple

Clément Solym - 27.12.2009

Edition - Société - dimitri - medvedev - séduit


Interviewé par trois journalistes de chaînes nationales russes, le président russe Dmitri Medvedev a fait part de ses goûts en matière de musique et de littérature. Une chose assez rare, tant le verrouillage de la vie privée du président, tout comme celle de Poutine à l'époque, est sévère.

Le président évoquait également ses horaires de travail : pas couché avant 2h ou plus, le petit père Dmitri... Quant à la présidence, une expérience bouleversante reconnaît-il : « Cela change votre attitude à l'égard du monde. Heureusement, je n'ai pas tant changé en tant que personne. » Et d'évoquer la privation de liberté inhérente à toute personnalité politique mondiale.


Mais voilà, Dmitri sait s'organiser des petites pauses ; il se décrit même comme un lecteur féroce, aimant lire plusieurs bouquins en même temps. Parce qu'avaler un ouvrage en entier d'un seul coup est un luxe qu'il ne peut se payer qu'en vacances. Mais quotidiennement, le président russe s'offre 15 à 20 minutes de lecture. « J'essaye toujours de lire quelques livres, parce que c'est extrêmement intéressant. »

Lectures classiques et audacieuses : bonne communication

Actuellement, il est plongé dans les Portraits historiques de Vassily Klioutchevsky ainsi qu'un nouveau livre de l'écrivain russe Viktor Pelevine Bon, il n'a cependant pas encore ouvert ce dernier, mais on notera la présence de ce romancier particulièrement audacieux de la littérature post-sociétique.

Il confesse aussi une passion pour les romans d'Erich Maria Remarque, auteur allemand (mort en 1970), traduits évidemment. Passion qui ne date pas d'hier, et dans laquelle Dmitri retrouve un certain romantisme. « J'aime Remarque. Je l'ai tout simplement aimé depuis mon enfance. Romantique, sentimental, mais toujours moderne. »

Mais surtout, le président s'est adonné pour la première fois à la lecture d'un livre numérique. « Auparavant, je pensais que l'on ne pouvait pas y prendre plaisir, mais maintenant, c'est bon, je m'y suis habitué. »

Deep Purple et Linkin Park...

Et niveau musique, c'est vers Deep Purple que ses goûts vont, bien qu'il ne rechigne pas à écouter un petit Linkin Park. Des penchants que partage son fils ? Pas vraiment, et comment serait-ce possible : ils ont 40 ans de différence ! La progéniture du président serait plutôt axée rock alternatif, une chose « que je ne comprends pas vraiment », avoue le président.

L'interview est disponible en vidéo, avec un doublage en anglais...