medias

Festival, salons, foires : la librairie existe aussi hors les murs

rédaction La - 22.05.2017

Edition - Librairies - librairie hors murs - librairie Lucioles Vienne - libraire travail festival


Bien sûr, la librairie indépendante est avant tout un lieu, une atmosphère, une équipe qui vous accueille, discute, échange, propose. Une parenthèse apaisée dans un monde fébrile et ultra connecté, où la notion de temps s’inscrit au rythme des pages que l’on parcourt et des albums que l’on feuillette. Car la librairie possède ce don d’être à la fois coffre aux trésors et ouverture au monde, cocon aux vertus apaisantes et voyage vers l’ailleurs, vers l’autre et les autres. Quiconque fréquente les librairies indépendantes est sensible à cette caractéristique propre au commerce du livre. 

Carte blanche à la Librairie Lucioles



 

La librairie a également un rôle d’acteur culturel de la cité à jouer, ce qui l’amène tout naturellement à tisser des relations privilégiées avec d’autres structures associatives ou privées, toutes mues par le désir de comprendre le monde en considérant le livre comme outil irremplaçable. 
 

La librairie indépendante doit aussi exister « hors les murs » en s’associant aux projets pour lesquels la création, la réflexion, l’écriture, l’envie de partager avec le plus grand nombre sont le moteur, et la librairie Lucioles a, dès sa création, fait sienne cette philosophie. 


Aujourd’hui, vous pouvez retrouver la librairie Lucioles aussi bien sur les manifestations culturelles viennoises ou régionales (comme la biennale consacrée au livre jeunesse Comme une image en partenariat avec la médiathèque de Vienne, le festival littéraire Lettres sur cour, le festival des littératures policières Sang d’encre, le festival de bandes dessinées Vendanges graphiques de Condrieu, le salon Carnets de voyage de Beaurepaire...) que sur des salons un peu plus éloignés de notre base tels que le salon Handica et le salon des cultures d’Asie Asie Expo. 


La librairie est aussi présente sur des festivals littéraires internationaux comme le festival des littératures d’Amérique du Nord America à Vincennes, la Fête du livre de Bron ou encore le festival Quais du polar à Lyon. Mais pour en revenir aux origines, la librairie est partenaire depuis de nombreuses années de deux festivals littéraires historiques de la ville de Vienne. Partenariat toujours aussi actif aujourd’hui. 
 

Ainsi, Lettres sur cour, organisée en collaboration avec Jazz à Vienne, est une manifestation qui accompagne toutes les éditions du festival depuis 1992. Son principe : investir les cours et arrière-cours de la cité pour y partager, avec des auteurs, le plaisir de la lecture... en musique. Des auteurs originaires d’Europe ou d’autres continents vivent pendant quelques jours au rythme de Jazz à Vienne : ils ouvrent avec nous leurs livres pour en lire des passages, avec la complicité de musiciens de jazz. Quelques noms ? Erri de Luca, Catherine Poulain, David Toscana, Nimrod, Jean-Claude Piro e, Sergueï Lebedev... 


De même, Sang d’encre, ou les « Journées autour des littératures policières » est né en 1994, ce qui en fait l’un des plus anciens festivals du genre en France. L’idée de créer un événement autour de la li érature noire vient de François Joly (auteur à l’époque à la Série noire), au carnet d’adresses bien fourni. Éliane Renard (conservatrice de la bibliothèque municipale de la ville de Vienne) souhaitait à travers cet événement développer encore plus l’accès aux livres auprès des scolaires et des bibliothèques de quartiers.

Enfin, Guy Girard (directeur de la Maison des jeunes et de la culture de Vienne), voulait s’emparer de l’événement et le promouvoir à l’échelle de la région Rhône-Alpes à travers les bibliothèques en milieu urbain et rural. 



 


Les trois compères ont mis plus d’un an et demi afin de définir la ligne éditoriale et artistique de la manifestation, comme l’explique Guy Girard : « À Sang d’encre, nous avons toujours revendiqué et mis en avant les valeurs d’éducation populaire. Une envie d’aller chercher un public qui n’a pas forcément accès au livre, ou si peu... d’aller au-devant d’habitants en leur proposant de faire partie de l’événement en s’investissant sur leur micro-territoire, de développer collectivement une culture populaire de proximité, déjà à l’époque, de créer un “circuit court” de la culture à travers le livre.

Et, si la librairie Lucioles fait partie de l’aventure Sang d’encre depuis près de vingt-trois ans, c’est parce qu’elle transpire ce e envie d’indépendance, cette volonté farouche d’être “passeur” de livres à travers des rencontres, des débats, des confrontations d’idées, des envies de faire découvrir un auteur, une maison d’édition, un illustrateur... d’être un acteur essentiel du développement culturel local. S’ouvrir sur la vie de la cité, c’est aussi être à l’affût, à l’écoute, c’est respirer une ville, c’est devenir incontournable. C’est dans ce sens que Lucioles est devenu un des partenaires majeurs de Sang d’encre.
 » 
 

Mais le partenariat avec les structures culturelles ne se cantonne pas à la tenue de stands sur de grands événements. C’est aussi un travail de terrain si l’on peut dire, avec des liens forts tissés avec des acteurs viennois.

Pour Anne Carrier-Dornier, directrice adjointe du théâtre de Vienne, l’aspect littéraire est un vecteur important dans la relation théâtre-librairie : « Un théâtre ne se limite pas à accueillir un public qui a acheté des places dans une palette de propositions de spectacles, comme on consulte un catalogue de réjouissances. Tout comme une librairie ne se limite pas à une vente de livres rangés par ordre alphabétique! Un théâtre est un lieu où naissent les projets de création, un lieu dans lequel s’incarnent les mots d’auteurs.

Le théâtre de Vienne est très attaché aux textes de théâtre, qu’ils soient classés parmi les classiques ou les contemporains. Auprès de la librairie Lucioles, nous trouvons, depuis toujours, plus que nos auteurs rangés sur des étagères. Nous y découvrons un écho amplifiant à nos propositions, par des rencontres, des séances de dédicaces, des ateliers... Nous restons perméables aux idées de chacun et partageons cette envie de transmettre un patrimoine artistique et littéraire, et de donner l’opportunité de découvrir de nouveaux talents. C’est dans la sincérité de nos actions conjointes que la lirrérature, ainsi que le spectacle, resteront vivants
! » 

en partenariat avec le réseau Initiales