Filippetti : 'c'est par la qualité que la presse peut aujourd'hui se refaire'

Clément Solym - 30.08.2012

Edition - Société - Filippetti - presse - photo


Alain Genestar, directeur du magazine Polka, est allé à la rencontre de la ministre de la Culture et de la Communication. Une occasion de parler de l'avenir du photojournalisme mais également de la presse en général.

 

Et, pour Aurélie Filippetti, il n'y a pas de doute, pour remonter la pente, la presse doit faire un effort de qualité. « Si la presse abandonne la qualité, il n'y aura plus de différence entre les journaux, les magazines payants et la presse gratuite, notamment sur le Net où rien n'est éditorialisé. Il n'y a que par la qualité, que par le professionnalisme, que par un parti pris, un point de vue, un regard photographique que la presse s'en sortira. C'est par le haut qu'elle surmontera la crise », confie-t-elle à Alain Genestar.

 

Cette vision d'Internet, où « rien n'est éditorialisé » selon la ministre, dérange cependant quelque peu par le regard réducteur et dépréciatif qu'il pose ainsi sur la Toile.  Disons plutôt que sur Internet, on trouve à peu près tout et son contraire. Du contenu « éditorialisé » et des pages qui ne le sont pas…

 

A noter que la ministre était également invitée, ce matin, sur le plateau de l'émission de Jean-Jacques Bourdin, sur BFM TV. Nos confrères de PCINpact résument l'intervention d'Aurélie Filippetti.