Filippetti ne cessera pas de s'insurger contre Amazon

Julien Helmlinger - 02.07.2013

Edition - International - Amazon - Aurélie Filippetti - Fiscalité


Interrogée par le Républicain Lorrain, désireux de savoir si le ministère possédait une marge de manoeuvre pour faire entendre raison à Amazon, Aurélie Filippetti  s'étrangle. Elle a assuré ne pas se résoudre à battre en retraite dans sa bataille pour sauver la librairie des géants de l'e-commerce. Après l'accusation du dumping, elle exige que la firme applique la législation française, et paye de justes impôts. Elle se félicite de nombreux soutiens à l'étranger dans le cadre de cette croisade, et ce, notamment au Royaume-Uni.

 

 

Au cours de l'entretien publié ce 30 juin, la ministre de la Culture pointe une incohérence entre le chiffre d'affaires réalisé par le géant américain sur le territoire français et la part d'impôts dont il s'acquitte. Si Amazon s'en défend en prétendant respecter la loi, Filippetti répond : « Déjà, il faut qu'ils appliquent la législation qui existe, en matière fiscale : il faut qu'ils payent leurs impôts. »

 

Selon elle, il devient urgent d'instaurer de nouvelles règles fiscales adaptées à l'émergence des acteurs numériques dont fait partie Amazon. Avait notamment été évoquée, début juin, la possibilité d'interdire le cumul des frais de port gratuits avec la réduction de 5 % sur le prix des livres.

 

Au-delà de la seule question fiscale, la ministre ajoute : « Je ne cesserai jamais de m'insurger contre ces pratiques parce qu'elles sont destructrices d'emploi, destructrices de culture, destructrices de lien social, parce que faire mourir les petites librairies dans les centres-villes, c'est une catastrophe. »