Film, roman, autoédition : un mois de février riche en plagiat

Clément Solym - 26.02.2019

Edition - International - contrefaçon plagiat oeuvres - Danny Boyle Yesterday - films romans plagiats


Si, en vertu de l’adage de Charles Dickens, le monde littéraire n’est que plagiat, certains font plus mal que d’autres. D’ailleurs, T.S. Elliot affirmait que les bons auteurs empruntent, quand les grands, eux, volent. Au cours du mois de février, les exemples ne manquent pas, de soupçons, parfois avérés, de copier-coller. Le monde manque-t-il à ce point d’imagination ? 

gulls
alek-z, CC BY 2.0
 

Ce ne sont pas moins de trois cas d’indélicatesses qui ont été mis à jour ces dernières semaines, toujours avec des implications à plus ou moins grande échelle. 
 

Les mots de cinq autres ?


Le plus stupide, et compromettant, serait celui de la romancière Cristiane Serruya, auteure brésilienne. L’un de ses romans vient d’être retiré de la vente après que des accusations sérieuses et motivées ont été portées. En effet, Courtney Milan, célèbre auteure de romance, a été mis devant le fait accompli. Des mots, des passages, empruntés à son livre The Duchess War, se retrouvaient dans le livre de Serruya. 

Avec des centaines de milliers d’exemplaires écoulés, comment croire que les lecteurs ne verraient pas le pot aux roses dans Royal Love, manifestement l’emprunteur ? En tout, cinq autres écrivains auraient été dépouillés, pour que le livre prenne vie. L’auteure brésilienne s’en défend, jurant qu’elle n’aurait jamais fait une pareille chose : en réalité, ce serait la faute de son prête-plume. Sidérant. 
 

Troubles déraisonnés de la copie ?


La seconde, c’est l’aventure de Dan Mallory, dont nous avions relaté les récents mensonges qui saupoudraient son propre parcours. Non seulement le bonhomme se serait inventé une vie – une mythomanie causée par des troubles psychiatriques –, mais, en plus, il aurait allégrement pioché chez ses confrères. 

The Woman in the Window, traduit en France aux Presses de la Cité par Isabelle Mallet, serait une reprise d’un ouvrage autopublié par Sarah A. Denzil, Saving April. Un schéma narratif très proche, des personnages qui ne sont pas sans points communs, avec une foule de thématiques identiques... mais le premier livre est sorti en autoédition le 20 septembre 2015, quand l’ouvrage de Mallory fut publié en 2018.
Cerise sur le gâteau, le final des deux romans est presque identique. Des éléments que l’avocat de Mallory conteste, évidemment...
 

Yesterday All my troubles seemed NOT so far away


Et clou du spectacle, c’est cet auteur australien, pour qui l’intrigue du dernier film de Danny Boyle, Yesterday, ressemble très, très étrangement à son propre travail. En effet, Nick Milligan, auteur du livre Enormity, avait choisi de publier son livre par ses propres moyens – s’étant entendu dire qu’il n’y aurait pas de public pour cette intrigue.

L’idée est qu’un certain Jack va se réveiller dans un monde semblable au nôtre, mais où les Beatles n’existent pas. N’ont jamais existé. Et Jack, profitant de l’aubaine, s’approprie indûment les chansons des Beatles pour les faire siennes.



 
À pas grand-chose près, la même histoire que celle racontée par Milligan. Et une affaire d’autant plus savoureuse que, dans le film ou le roman, on est au cœur d’une histoire d’appropriation de l’œuvre d’un tiers. Avec 20.000 exemplaires vendus, en autoédition, selon les données fournies par le romancier, depuis 2013, le délit serait flagrant. Reste qu’en matière de droit d’auteur, la reconnaissance d’un plagiat s’opère sur la manière dont une idée est exploitée, et non sur l’idée elle-même...

Il semblerait même, si l’on s’attarde un peu plus sur les détails, qu’une bande dessinée intitulée Yesterday, paru en 2011 chez Manolosanctis, maison qui a fait faillite depuis, ait traité du même thème. John Duval et the futurians empruntait une intrigue qui n’est pas sans rappeler celle de Milligan ni celle du film de Boyle : un usurpateur qui s'empare des chansons des quatre garçons aux cheveux dans le vent...

La route sera longue, pour chacun d’entre eux... 

via Guardian, New York Times, Guardian, Visual Music


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.