medias

Fin de partie : Amazon se repaît d'une librairie française divisée

Nicolas Gary - 15.12.2017

Edition - Librairies - label lir librairies - amendement exonération taxes - librairie indépendante


L’article 6 bis A aura fait long feu à l’Assemblée nationale, les députés examinant le Projet de loi de finances en séance plénière. Alors qu’en discussion devant la Commission des Finances, le texte avait été rapidement expédié, il n’aura pas fallu plus de quelques minutes aux députés en séance pour lui tordre le cou...


Librairies à Bordeaux
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

En à peine deux minutes trente, la rafale de cinq amendements demandant la suppression de celui adopté au Sénat, et élargissant l’exonération de taxes au-delà des librairies labellisées LIR, l'aura emporté. 

 

L’exonération qu’autorise le Label LIR, attribué par le ministère de la Culture, était réduite à néant, de par le texte de loi que le Sénat avait approuvé. Mais, introduit dans l’autre Chambre, il a été froidement accueilli à l'Assemblée nationale : 5 amendements l’attendaient, pour barrer la route aux groupes de libraires (Furet du Nord, Decitre, Librairies Albin Michel, Gibert Joseph et Jeune, et Tschann) qui espéraient pouvoir changer la situation. 


L’article « a modifié les conditions d’obtention du Label Librairie indépendante de Référence, et cette modification a des conséquences au niveau des entreprises indépendantes qui va leur faire probablement perdre une partie des exonérations fiscales », annonce la députée Véronique Louwagie, qui s’était déjà exprimée en Commission de Finances

 

L’intervention un brin méprisante de Valérie Rabault (Nouvelle Gauche), n’était peut-être pas nécessaire. Le secteur sait en effet que la question du Label LIR doit être posée, et que l’opposition entre gentils petits indépendants et méchantes enseignes (ou groupes) de taille moyenne est totalement stérile.

 

Ainsi, les propos de la députée proposent de « limiter ce label aux vraies librairies indépendantes, c’est-à-dire celles qui sont en centre-ville, qui n’ont pas de grandes surfaces, et qui peuvent bénéficier de cette exonération de fiscalité si les communes et les interco sur lesquelles elles sont situées en ont décidé ainsi ».

 

Vraies librairies ? Cela posera de nouveau la question : le métier de libraires, c’est vendre des livres ou être exonéré de taxes ? Alors que tout le monde gagnerait à trouver non seulement un consensus, mais surtout une méthode pour reprendre rapidement – et efficacement – des parts de marché à Amazon, de pareils propos ne font qu’envenimer les relations.

 



Le Syndicat de la librairie française vient de saluer la décision des députés « car l’amendement du Sénat dénaturait le label LIR et pouvait conduire au retrait de décisions d’exonérations fiscales prises par les collectivités territoriales en faveur des librairies labellisées. Il faisait donc courir un risque économique à un nombre important de librairies sans modifier en rien le sort de librairies de taille plus modeste dont l’économie est particulièrement vulnérable ».

 

Et d’ajouter : « La mobilisation des libraires et de leurs associations, autour du SLF, était indispensable pour écarter ce risque. Il convient de remercier chacun de ceux qui ont relayé notre appel auprès de leurs élus. Nous tenons également à saluer l’engagement et la ténacité dont ont fait preuve dans ce dossier la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, ses équipes, ainsi que plusieurs Sénateurs et Députés sensibles aux réalités et au rôle des librairies indépendantes.

 

Le débat qui vient d’avoir lieu a mis en avant la question de l’équilibre économique des librairies. Si ces difficultés sont de nature différente selon leur taille, elles peuvent toucher des plus petites aux plus grandes d’entre elles. Le SLF souhaite que s’engage, dans la concertation et la transparence, une réflexion sur les nouvelles mesures à adopter afin d’assurer à l’ensemble des librairies les moyens de se développer, de rayonner dans leur quartier, leur centre-ville, d’œuvrer en faveur de la création et de la lecture et de résister à des formes de concurrence de plus en plus féroces. »

 

Retrouver notre dossier 

La librairie et le Label Lir : les raisons de la colère




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.