Finalement, Amazon peut aussi prendre des coups de pied au c*l...

Clément Solym - 20.02.2019

Edition - Economie - Amazon siège social - New York Amazon - implantation siège Amazon


Victoire pour les opposants, probablement pas tout à fait une anecdote pour l’intéressé : la semaine passée, Amazon a annoncé que son campus prévu à Long Island City, dans le Queens n’ouvrirait pas. Ni demain ni plus tard : jamais. On aurait mis quelques bâtons dans les roues du projet que cela n’étonnerait personne.

Amazon
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

« 70 % des New-Yorkais soutiennent nos perspectives et nos investissements », jure pourtant Amazon dans un long communiqué. « Mais un certain nombre de politiciens locaux et nationaux ont clairement signifié qu’ils s’opposaient à notre présence. Et ne travailleraient pas avec nous pour établir le type de relation nécessaire à qui veut aller de l’avant. »

Autrement dit : pas de siège à Long Island City. Si le gouverneur de l’État, Andrew Cuomo, et le maire de la ville, Bill de Blasio, sont carrément colère, les réactions à cette annonce sont plutôt divergentes. 

Les deux politiciens semblent accuser des groupes d’activistes, et des confrères politiciens « qui placent leurs propres intérêts politiques au-dessus de ceux de leur communauté ». Diantre : de là à envisager qu’Amazon est une entreprise qui verse dans l’humanitaire, il n’y aurait qu’un pas. 
 
Idem : des représentants syndicaux se seraient dressés, pour empêcher la réalisation du complexe. Pour le maire de la ville, toutes les cartes étaient données à Amazon, pour qu’il puisse s’implanter en toute quiétude. Et c’est un drame que rien ne se fasse.

Comprenons bien : l’État et la ville ont accordé 3 milliards $ d’aides et incitations diverses pour que la firme s’installe. En outre, ils ont concédé que l’entreprise ne s’acquitterait pas de la taxe fédérale pour l’année 2018. Et ce, en échange de la création d’emplois (précaires en termes de salaire) et durables (sur un long terme qui ressemble à de l’exploitation). 

Bref. 

Sauf qu’entre temps, l’American Booksellers Association s’est fendu d’un rapport sur l’impact financier des évolutions tentaculaires d’Amazon. En comparaison, pourrait-on dire, Hachette qui est surnommé la Pieuvre verte, ressemblerait à un chipiron. 
 
Au niveau national, ce sont de 5,5 à 7 milliards $ de taxe sur les ventes qui ne sont pas perçus par les autorités, parce que non versées par la firme. Entre 2014 et 2018, ces manques s’évaluent à plus de 22,5 milliards $. Sans parler des 900.000 emplois dans le commerce au détail qui ont souffert des coups de boutoirs envoyés. (les détails du rapport ici)

Il faut croire que certains ont encore quelques restes de conscience... politique.

via Publishers Weekly


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.