Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Finalement, les aéroports américains ne contrôleront pas les livres

Laurène Bertelle - 06.07.2017

Edition - International - livre bagages avion - contrôle sécurité aéroport - etats-unis contrôle livres


Depuis mai, dans quelques aéroports américains, les passagers étaient invités à sortir les livres de leur valise pour que les agents de sécurité puissent examiner les deux séparément aux rayons X. Vue comme une atteinte à la liberté et à la vie privée, cette procédure, qui était en réalité à l'état de test, ne sera finalement pas adoptée. 


Only following orders

(Elan Ruskin, CC BY-NC 2.0)

 

 

Il y a quelques jours, l’éventualité pour la TSA (Transportation Security Administration) d’examiner les livres aux rayons X, indépendamment des bagages à main, dans les aéroports américains, était bien étudiée. Des tests avaient lieu depuis mai dernier dans quelques petits aéroports, et la possibilité d’élargir la procédure à l'ensemble du territoire était envisagée. Les défenseurs des droits civiques s’étaient alors inquiétés, voyant là une façon de s’immiscer dans la vie privée des voyageurs.

 

Aujourd’hui, il n’y a visiblement plus de souci à se faire, puisqu’un membre de l’agence a publié le 28 juin dernier un article qui annonce explicitement que les passagers n’auront plus à présenter leurs livres.

 

« Nous testons toujours de nouvelles procédures pour avoir un train d’avance sur nos adversaires », explique Bob Burns, auteur de l’article. « Nous avons testé de séparer les livres dans deux aéroports et le test est arrivé à sa fin. Nous ne testons plus et n’avons aucune intention de mettre en place cette procédure. »

 

Pour être tout à fait clair, Bob Burns nuance son propos et présente les cas où une fouille plus précise pourrait s’avérer nécessaire.

 

« Occasionnellement, nos agents pourront demander aux passagers de retirer des articles comme des programmes lourds et en papier glacé pendant des événements spéciaux qui regroupent beaucoup de voyageurs, comme les programmes du Super Bowl. »

 

Enfin, la TSA a tenu à rappeler encore une fois que le but de cette procédure n’était en aucun cas de priver les passagers de leur droit à la vie privée ni de les juger en fonction de leur lecture. 
 

Expérience mortelle : non, les livres n'arrêtent pas les balles

 

« Nous ne jugions pas vos livres selon leurs couvertures, nous nous assurions seulement que rien de dangereux ne se trouvait à l’intérieur. »