Fnac acquéreur du fichier clients de Virgin pour 54000 €

Cécile Mazin - 03.07.2013

Edition - Economie - fichier clients - base de données - enchères


C'est à un entrepreneur toulousain qu'est revenue la base de données de 1,6 million de personnes, composant le fichier client de Virgin. Mise aux enchères, la liste n'aura pas attiré l'attention, et en 48 heures, elle a été remportée pour la somme modique de 122,5 €. Notre entrepreneur n'en revient pas, assure-t-il à l'AFP.

 

 

Enseigne Virgin

Crédit ActuaLitté

 

 

Avec 1,2 million d'adresses email valides, c'est une manne pour David Daddi, qui s'était rendu sur le site liquidationsenchere.com pour tenter le coup. « Je pense que les gens n'y ont pas cru : on était deux ou trois, je me suis engagé à aller jusqu'à 500 euros: ça s'est arrêté à 122,50 euros », explique-t-il. 

 

Voilà le contenu de l'annonce : 

Les éléments recueillis sont les suivants : la base de données est constituée de : « 1 612 723 clients porteurs de la carte de fidélité au 31 décembre 2012 dont 1 211 105 clients contactables (adresse email valide), soit 72,9% des clients. En 2012 :

► 204 521 clients recrutés sur l'année

► La Fidélité représente 33% du CA de l'enseigne Virgin Megastore

► Un panier moyen de 39.45€

► 6% des clients Fidélité représentent 47% du CA Fidélité

► 59% des clients Fidélité sont inactifs depuis 12 mois (pas d'achat) et 71% depuis 6 mois

► En moyenne un client porteur de carte vient 3,7 fois en magasin sur 1 an »

• Un prestataire qui gère le programme de fidélité de la marque VirginStores, sera en mesure de fournir la base de données Clients porteurs de la carte de fidélité Virgin Megastore

 

Avant toutefois de profiter de cette manne, il devra attendre que le liquidateur lui remette la liste. David Daddi souhaite son projet : « Le but est d'envoyer un mail aux clients pour leur proposer de faire un don ou de devenir actionnaire pour reprendre les magasins, ou pour aider les salariés qui ont manifesté le désir de le faire. »

 

Pour ce faire, il a mis en place un site internet, en urgence, souligne-t-il, reestartup.com, et c'est en s'appuyant sur le crowfunding que ce dernier espère parvenir à trouver des solutions pour faire vivre quelques projets en attente, faute de moyens. « Tous les jours des entreprises ou des commerces se font lâcher et des emplois se perdent. Alors que des solutions existent aujourd'hui. »

 

Pour les salariés de Virgin, un PSE a été mis en place. Parmi les principales mesures qui concerne l'ensemble des salariés de Virgin Stores et des filiales (Virgin Café, Virgin Partners et Virgin Méga), le comité d'entreprise note :

  • Cellule de reclassement pendant 12 mois, assurée par Anthéa RH.
  • Budget formation mutualisé d'en moyenne 4000€ par personne. Les séniors, personnes handicapées ou en longue maladie bénéficieront d'une attention et d'un soutien financier particuliers.
  • Aide à la création d'entreprise : 6000€ pour 50 personnes maximum.
  • Aide à la mobilité géographique (déménagement, installation, etc.) : 5000€ pour 50 personnes maximum.
  • Portabilité de la mutuelle sur 9 mois, entièrement prise en charge par le PSE (part patronale et part salariale).
  • De plus, les salariés en CDI toucheront une Aide forfaitaire au reclassement calculée comme suit : Doublement de l'Indemnité Conventionnelle de Licenciement, le montant ainsi obtenu ne pouvant pas conduire le salarié à percevoir une indemnité brute (ICL et son doublement) inférieure à 2000€.
  • Ce montant sera majoré de 3000€ bruts.

Ce 2 juillet s'est tenue une assemblée générale qui concrétisera la création de l'association Les Gilets Rouges : « Cette dernière sera créée grâce à l'argent des caisses de grève, notamment, et permettra de maintenir un lien professionnel entre les 1000 salariés de Virgin. Un moyen de s'entraider, de suivre les démarches de chacun, qui vont recourir aux Prud'hommes ou retrouver un emploi dans les magasins repris par Cultura » nous explique Sylvain Alias, du syndicat Culture Sud.

 

 

Mise à jour : 

 

Toute cette histoire ressemblerait donc à un conte de fées, mais le dénouement n'en etst pas vraiment heureux. En effet, contrairement à ce que l'entrepreneur a pu croire, ce n'est pas lui qui a emporté la mise, mais bien la Fnac, pour un montant de 54.000 €. « Il n'y a jamais eu de mises aux enchères. M. Daddi ne s'est jamais présenté parmi les repreneurs auprès du juge-commissaire, qui est la seule voie légale pour se porter acquéreur de ce fichier », explique Me Dominique Wernert, avocat du liquidateur judiciaire de Virgin.

 

En réalité, le site qui aurait mis aux enchères ladite liste, serait une sorte de piratage. Bob Adler, propriétaire du site en question se défend : « Je pensais qu'il y aurait une prolongation de la durée d'examen, le temps de laisser à chacun le temps de constituer ses dossiers. » Mais voilà, la réalité est bien triste pour notre entrepreneur toulousain. De fait, sa demande n'a jamais été même transmise au juge-commissaire, et les 122,50 € déboursés pour l'achat de la base devraient lui être remboursés.