Fnac inaugure à Melun son premier commerce de proximité

Clément Solym - 10.12.2012

Edition - Economie - commerce de proximité - Fnac 2015 - Melun


C'est aujourd'hui que Fnac a présenté son nouveau concept de magasin de proximité, dans la ville de Melun. Le premier d'une longue série, puisque ces boutiques doivent, selon les responsables, assurer une présence de l'enseigne à travers tout le paysage français. Et assurer une visibilité sur l'ensemble du territoire.

 

 

 

 

Manuel Biota, directeur partenariat et franchise de Fnac, cité par l'AFP, assure que la volonté de l'enseigne est de renouer avec l'air du temps, et le renouveau des commerces de proximité, « qui recrée du lien social dans une société de plus en plus individualiste, et devient ainsi un véritable atout pour une enseigne comme la Fnac ». Une tendance qui remonte aux dix dernières années, ajoute-t-il. 

 

La superficie est réduite, avec une moyenne de 320 mètres carrés, reproduisant la quasi-totalité de l'offre Fnac, à l'exception des téléviseurs, qui mobilisent trop d'espace. En tout, 10.000 références - cinq fois moins que les boutiques habituelles - dans ces boutiques, qui serviront également de point de relais pour retirer les achats faits sur internet. 

 

Le principe est de développer les franchises, et plus spécifiquement les accords avec des indépendants. Ces derniers connaissent les clients au niveau local, et sont encore les plus à même de développer le concept et ce format de magasin. Le tout dans des villes de 20 à 40.000 habitants, ainsi que l'avait présenté Alexandre Bompard, PDG du groupe qui avait présenté son plan dans le cadre de Fnac 2015. 

 

C'est également toute une restructuration que le groupe avait prévue, avec de multiples suppressions de postes sur le papier, mais qui interviendraient principalement dans les Fnac Relais, aux postes de directeurs des ressources humaines, des responsables financiers, ou de la communication.

 

Début juillet, Alexandre Bompard assurait que son plan était sur d'excellents rails. « Je suis très satisfait du rythme auquel nous opérons cette transformation et les premiers résultats sont encourageants. Ainsi, les nouveaux espaces Kids et Maison et Design génèrent une hausse sensible du trafic. »

 

Le tout, alors que les habitudes de consommation se modifient : « En France, pour les produits culturels, la contraction est d'environ 10% depuis le début de l'année, avec pour la première fois une baisse du livre à -5%. Surtout, le marché des produits techniques enregistre un décrochage très significatif notamment pour la télévision. » 

 

Évidemment, l'intérêt est avant tout économique, confirmait ce matin Manuel BIota : « Cela permet de se développer à moindre coût dans des poches territoriales où l'on n'était pas présent du tout. » Sachant qu'une dizaine de ces établissements sont prévus chaque année, en plus des boutiques classiques, Manuel Biota promet entre 6 et 8 boutiques de 1000 m2 sur l'année 2013. En revanche, seuls deux établissements de grand format ouvriront au cours de cette année.