Fnac ne laissera pas la loi "Anti-Amazon" impacter ses services

Antoine Oury - 22.01.2014

Edition - Librairies - Loi anti-Amazon - Enrique Martinez - Fnac


En marge du Prix de la BD Fnac 2014, le directeur général de la chaîne de librairies, Enrique Martinez, sollicité par ActuaLitté, a évoqué la place de l'expression graphique dans les rayons de la Fnac, mais aussi la position de l'enseigne vis-à-vis de la récente loi dite « Anti-Amazon » adoptée au Sénat. D'après lui, la centaine de points de vente de l'enseigne lui donne une longueur d'avance sur la concurrence dématérialisée.

 

 

Enrique Martinez - Prix Fnac BD 2014

Enrique Martinez, directeur général de la Fnac, au Prix Fnac BD 2014

(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

On le sait, malgré son ouverture à des produits comme l'électroménager, la Fnac compte encore grandement sur ses produits culturels pour s'assurer un chiffre d'affaires mensuel correct. « Les livres représentent déjà la famille de produits la plus importante pour nous, et la BD parmi les livres a eu la croissance la plus importante ces dernières années dans notre chiffre d'affaires », explique Enrique Martinez, directeur général.

 

Contrairement aux ouvrages de littérature générale, dont les ventes sont confinées à des périodes très précises dans l'année, la bande dessinée bénéficierait d'un effet « de fan » qui permettrait de maintenir des ventes stables tout au long de l'année. « Les lecteurs sont réguliers, et particulièrement portés sur la nouveauté », souligne Enrique Martinez. On comprendra le choix de la date pour le Prix de la BD Fnac 2014, en pleine période de lancements...

 

D'après les informations du directeur général, ce seraient près de 40.000 références qui seraient disponibles dans les stocks de la Fnac, sans que toutes, bien évidemment, ne puissent être présentées en magasin. « Notre grande force, c'est d'être multicanal », avance Enrique Martinez, « et l'intégralité du stock est disponible sur fnac.com. Dans tous les cas, si le produit est disponible, nous pouvons donc livrer le client chez lui ou dans un de la centaine de magasins Fnac. »

 

Par ailleurs, un facteur déterminant a pu sauver la Fnac du destin malheureux de Virgin ou Chapitre : les commandes ne sont plus centralisées, et la présélection des titres disponibles en magasin se fait « en coordination avec l'équipe locale », précise Enrique Martinez, permettant dans une certaine mesure d'adapter l'offre à la demande.

 

Si la concurrence de l'achat en ligne est toujours présente, la Fnac n'a visiblement pas attendu grand-chose de la solution législative : « Sur la loi Amazon, ce que nous constatons, c'est qu'il y a eu une proposition, avec une conclusion qui n'était pas celle que nous attendions », explique le directeur général de la Fnac.

 

Le site de e-commerce a annoncé que ses prix seraient rehaussés, sans que ses pratiques fiscales ne soient pour autant examinées. Une déception chez la concurrence aussi, qui garantit néanmoins toujours « le prix le plus bas » en magasin. Les conditions des frais de port de l'enseigne vont également être revues, puisqu'elle propose toujours la remise de 5 % sur le titre et les frais de port gratuits.