Fnac réfléchit à un droit de rétractation pour les achats en magasin

Cécile Mazin - 18.04.2016

Edition - Economie - service client fnac - achat retour - appareils high tech


Le Lab’Client de Fnac procède régulièrement à des enquêtes auprès des clients, pour définir la création de nouveaux services. Le dernier en date concerne un véritable avantage pour les consommateurs, puisqu’il envisage d’améliorer les possibilités de retour de produits, après l’achat. Cela ne concernerait que les produits high-tech, mais l’offre a quelque chose d’alléchant. 

 

Grandma's High Tech =)

Comment ça, ce n'était pas le téléphone dernier cri ?

Nicko Gibson, CC BY 2.0

 

 

La législation sur la vente à distance, renforcée en juin 2014 par la loi Hamon, n’a pas modifié les procédures en magasins. C’est qu’il n’existe à proprement parler pas de délai légal pour exercer son droit de rétractation après un achat en magasin. Il faut considérer que les commerçants acceptant de le faire font un geste commercial. C’est avec la perspective d’améliorer les relations avec les clients que Fnac examine donc un service qui « pourrait prochainement être proposé à ses clients ». 

 

Acheter un délai pour obtenir un remboursement

 

Voici la proposition émise dans le cadre de cette enquête : 

 

Lors de l’achat d’un produit High Tech, ce service donnerait le droit au client de restituer son produit jusqu’à 100 jours après la date d’achat. Il serait alors remboursé à 90 % du prix d’achat du produit sous forme de bons d’achats Fnac. Prix de ce service : 3 % du prix du produit.

 

Par exemple : j’achète une enceinte connectée d’une valeur de 200 €, je souscris au service de garantie 3 mois pour 6 € supplémentaires. Au bout de 90 jours, je ne suis pas satisfait de mon produit, je le ramène alors en magasin, qui me rembourse le produit à hauteur de 180 € sous forme de bons d’achats Fnac. 

 

La question serait donc de savoir si l’offre intéresse les clients, et s’ils seraient disposés à souscrire à cette offre. Plusieurs modalités sont proposées, jouant sur les variables du pourcentage de remboursement proposé. 

 

Attendu que le droit de rétractation n’existe que pour les achats en ligne et les démarchages téléphoniques, l’approche est plutôt intéressante. 

 

Mi-avril, le revendeur français a annoncé l’entrée au capital de Vivendi, avec une prise de parts à la hauteur de 15 %. Il s’agissait là d’une participation minoritaire au capital Fnac « dans le cadre d’un partenariat stratégique fondé sur un projet de coopération dans les domaines culturels ». En parallèle, une augmentation du capital à 159 millions € est prévue. Ces nouvelles confortaient l’idée que Fnac soit disposée à mettre le paquet pour conquérir l’enseigne Darty.

 

Or, au regard des produits que propose cette dernière, on comprend que l’intérêt pour les clients de services de remboursements serait particulièrement important.

 

Encore faudra-t-il que le rachat s'opère, et que le services soient mis en place.