Fnac révise son offre pour mieux séduire Darty

Cécile Mazin - 06.11.2015

Edition - Economie - Fnac Darty - acquisition distribution - offre grande surface


Fin septembre, les deux enseignes Fnac et Darty annonçaient un possible rapprochement, permettant aux deux groupes de devenir un géant de la distribution en France. Mais quelques dissensions avaient entaché les belles déclarations, et à peine un mois plus tard, la transaction était mise en ballottement. Tout le monde sera rassuré d’apprendre que désormais, la nuit de noces a fini par se profiler. 

 

家電販売チェーン DARTY

paris_kyoto, CC BY 2.0

 

 

Darty avait prévenu, dès les premiers temps, que la proposition de Fnac serait examinée sous toutes les coutures. Or, l’opposition de l’actuel patron, Régis Schultz, aurait été en mesure de menacer le bon déroulement des opérations. Fnac assurait pourtant que deux des investisseurs de Darty étaient déjà de son côté dans le projet... Manifestement tout le monde est désormais d’accord. 

 

Les deux groupes ont déclaré que l’accord sur leur rapprochement était maintenant acté. C’est sur la base d’une action Fnac contre 37 actions Darty que les sociétés négocient (originellement, 1 contre 39) avec la possibilité que Fnac aligne 95 millions €, comme solution alternative. Les actionnaires Darty auront ainsi le choix de récupérer un peu de fraîche ou des actions. 

 

Actions ou cash, au choix pour les actionnaires Darty

 

Selon le scénario choisi, Darty disposerait de 46 % d’actions de la nouvelle structure, au terme de l’acquisition par Fnac. Et manifestement, les conseils d’administration des deux sociétés soutiendraient pleinement l’opération. Le tout avec une surface de vente faramineuse de 111 boutiques chez Fnac et 222 chez Darty, pour la France seulement – respectivement 184 et 400 si l’on ajoute les boutiques à l’étranger. 

 

Maintenant, il faudra voir comment les groupes agiront, si leur accord est définitivement entériné, concernant les dizaines de milliers d’employés qu’ils comptent chacun. Une pareille opération s’accompagne souvent de compression de personnels. Or, Darty dispose de 12.600 employés et Fnac de 14.500. 

 

Alexandre Bompard, PDG de Fnac, assurait que « que l’opération envisagée bénéficiera aux deux groupes, à leurs employés et à leurs clients, et représente une opportunité de création de valeur unique pour les actionnaires de Darty et Fnac ». Mais également que cette perspective donnerait « naissance au leader de la distribution de produits techniques, culturels et électroménagers en France ».

 

Qu’elle ne s’opère pas dans la douleur...

 

Notons également que cette semaine, la direction de Fnac est parvenue à signer un accord avec les délégués du personnel de sa filiale SFL. Suite à la volonté du groupe de déménager l’un de ses entrepôts, les salariés avaient choisi de débrayer, pour manifester leur mécontentement, mais également dénoncer un choix qui leur semblait inique. 

 

Pour l’heure, 66 % des salariés ont choisi de ne pas suivre ce déménagement, et certains devraient profiter d’un congé de reclassement. « Nous nous trouvons dans une bien meilleure position désormais », assurent les délégués du personnel : « Près de 75 % de nos revendications, parmi les plus importantes, ont été acceptées », indiquait-on à ActuaLitté.