Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Fnac s'engage vers la vente de sa filiale au Brésil

Clément Solym - 07.04.2017

Edition - Economie - Fnac filiale Brésil - vente filiale Fnac - chiffre affaires distribution


Depuis la publication des résultats annuels de 2016, le groupe Fnac-Darty ne cachait pas ses intentions. En effet, la filiale brésilienne était classée en « activités non poursuivies ». Et de fait, la société avait officiellement entamé une prospection susceptible d’aboutir au « désengagement de ce pays ». C’est manifestement bien avancé.

 

Av Paulista

William Droops, CC BY SA ND 2.0

 

 

Depuis l’annonce des résultats financiers le 28 février, la recherche d’un partenaire repreneur a donc avancé. Fin décembre 2016, la zone Brésil comptait 12 magasins sur le territoire. Or, la présentation des résultats du 3e trimestre 2016 affichaient déjà un recul de 14,4 % du chiffre d’affaires. 

 

Fort logiquement, la décision de se séparer de cette filiale s’est imposée, d’autant plus que le groupe dans sa fusion avec Darty avait alors d’autres perspectives. En effet, le développement européen – avec l’ouverture de différentes boutiques y compris en Suisse, est au cœur du nouveau développement.

 

Après une vingtaine d’années d’activité dans le pays, à travers 10 villes, le CA du Brésil représentait moins de 2 % des revenus du groupe – 7,4 milliards €.

 

Selon différentes sources, c’est avec le groupe de distribution et d’édition Saraiva SA Livreiros & Editores, que Fnac est en train de traiter. Banco Santander Brasil a été mandaté pour faire aboutir cette transaction, mais aucune précision n’est encore apportée. L’agence Reuters assure que les trois dernières années de récession ont eu un impact terrible en terme de chômage, tout en rendant l’accès au crédit plus complexe.

 

Livre numérique : le Français 7switch s'installe au Brésil avec Bibliomundi 

 

Plusieurs autres sociétés de capital investissement ont été sollicitées pour accompagner ce dossier, tels General Atlantic, Advent International et HIG Capital. Península Participações, qui appartient à Abilio Diniz, grand patron de la distribution, a également été mis autour de la table.