Foire d'Istanbul : Le secteur de l'édition turc est en pleine croissance

Julien Helmlinger - 07.11.2013

Edition - International - Turquie - Edition - Iran


Dans un discours donné pendant le Salon TÜYAP d'Istanbul, Bayram Murat, président de la fédération des associations d'éditeurs turcs (YAYFED), a illustré de quelques données chiffrées l'essor actuel de l'industrie du livre nationale. Tandis que ses habitants liraient entre 7,5 et 8 titres annuels en moyenne, et que le pays se situerait à la 13e place mondiale en matière de revenus bruts générés par le secteur, ces chiffres s'améliorent d'année en année sans compter avec les retombées futures de cette édition à succès de l'événement.

 

 

 (CC by 2.0) par Halidcan

 

 

Après deux journées de manifestation, ayant attiré des professionnels des quatre coins de la planète, Bayram Murat estime que les résultats de cette 32e édition seront meilleurs que ceux des années précédentes. Par rapport à l'an passé, le nombre de visiteurs enregistrés serait en hausse de quelque 20 %, dépassant le seuil des 100.000 personnes en 48 heures, ce que le président ressent comme un indicateur positif pour l'avenir de l'industrie nationale.

 

Pour le professionnel, les foires et leurs retombées seraient cruciales pour chaque éditeur ainsi que pour l'industrie du livre en son ensemble. Mais l'amélioration substantielle des résultats de l'industrie serait également due à un accroissement de productivité constaté au cours des trois dernières années, selon Bayram Murat.

 

Selon lui : « Le gouvernement est beaucoup plus lié à l'industrie de la culture actuellement que par le passé, cela se reflète dans les résultats obtenus, et cela ouvre de nouvelles portes pour permettre l'amélioration du secteur de l'édition. »

 

Il ajoute que contrairement à l'Europe ou aux États-Unis, l'édition turque n'aurait pas encore atteint son niveau de saturation et se trouverait encore pour ce qui concerne le livre numérique en phase d'évolution comme de développement. Il estime que le pays souffre encore d'un taux d'alphabétisation moindre que ceux des pays développés, qui pourrait constituer une autre ouverture. Les chiffres turcs néanmoins élevés en comparaison aux moyennes affichées par le tiers-monde.

 

Pendant ce temps, l'Iran et la Turquie ont engagé ce mardi des pourparlers à propos des problèmes de l'industrie de l'imprimerie et visant à réduire la dépendance iranienne aux pétrodollars. À l'ordre du jour étaient discutées des questions d'importation de matériel de base et autres exigences de l'industrie. Tandis que les accords définitifs ont été reportés à une date ultérieure, des accords préliminaires auraient été conclus lors de la réunion.