Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Foire du livre : record attendu de 400 mille visiteurs pour Turin

Nicolas Gary - 10.05.2014

Edition - International - Foire du livre de Turin - monde de l'édition - marché italien


Alors que les chiffres de l'édition italienne ont montré une importante chute dans les ventes de livres sur l'année 2013, la Foire du livre de Turin a ouvert avec une première journée chargée de promesses. La fréquentation, sur le premier jour d'ouverture de la manifestation, qui s'achèvera le 12 mai, affiche une fréquentation en hausse de 6 %. Désormais, les organisateurs rêvent de passer le cap des 400.000 visiteurs.

 

 Ite, Fiera Est

bru76, CC BY SA 2.0, sur Flickr

 

 

Avec près de 330.000 personnes venues l'an passé en visite à la Foire de Turin, plus importante des manifestations littéraire du pays, la première journée apporte un soufle enthousiaste. Consacrée aux scolaires et aux professionnels, elle préfigure l'arrivée massive du grand public, pour le week-end. Et si la crise du livre fait rage, le salon sera extraordinaire, assure Rolando Piocchini, le président de la Foire. 

 

Peut-être que la présence du Saint-Siège ne sera pas étrangère à cette grande réussite. « C'est vrai : il y a une grande effervescence dans l'air, ce qui contraste avec les données officielles. Le plus inquiétant n'est pas tant que les achats diminuent - nous savons que seuls deux tiers des livres lus sont achetés, et que le reste est emprunté à la bibliothèque ou à des amis. Mais la lecture elle-même est dans une phase délicate », assure Flavia Cristiano, directrice du Centro per il Libro e la Lettura. 

 

Pour l'année passée, le marché accuse en effet un recul de 6,2 % en valeur et 2,3 % sur le nombre de titres, ce qui amène les professionnels à parler d'une véritable crise. Le catalogue italien des titres commercialisés se monte à 806.497 ouvrages (+10,3 %), bien que le nombre d'ouvrages publiés en une année soit en recul de 4 %, avec 63.761 livres. Le catalogue numérique, pour sa part, se chiffre à 95.130 exemplaires. Le marché total se chiffre à 1,235 milliard €. 

 

Et Marco Polillo, président de l'association des éditeurs italiens, de signaler la force du modèle français : là où le Centre national du livre dispose de 30 millions € pour mener à bien ses actions en faveur du livre et de la lecture, le Centro italien ne dispose que d'un million €. Le rapport d'activité du CNL, pour 2012, indique précisément 31,1 millions € de dépenses pour ses différentes missions.

 

« Le problème de la lecture est lié à la politique. Nous avons besoin d'un programme bipartisan », ajoute-t-il. Comprendre : que l'actuel premier ministre, Matteo Renzi, obtienne l'accord de son parti, et de l'opposition, pour mener à bien une politique culturelle forte. « On ne peut pas apporter de soutien seulement avec des mots », conclut le président.

 

Les organisateurs ont encore trois jours pour parvenir à convaincre le premier ministre, qui compte d'ailleurs parmi les auteurs invités de la Foire, qu'il doit se charger de ce dossier…