Frais de port des livres : l'occasion et l'édition laissées sur le carreau, “une déception”

Antoine Oury - 06.11.2020

Edition - Librairies - tarif la poste - la poste livraisons livres - envoi livres la poste


La ministre de la Culture Roselyne Bachelot promettait des tarifs postaux d'envoi de livres « divisés par 3 ou 4 » aux libraires. Avec des frais de port à 0,01 € pour les libraires, grâce à une prise en charge de l'État, la promesse est tenue. Mais d'autres acteurs du livre restent sur le carreau, notamment les librairies d'occasion et les éditeurs. Et le dispositif ne semble pas avoir vocation à s'inscrire dans la durée, puisque circonscrit au seul confinement, pour le moment.

La poste delivery bicycle


S'inscrivant dans le dispositif de prise en charge des frais d'expédition de livres du gouvernement, qui aboutit sur un coût de 0,01 € pour le libraire après remboursement, La Poste a dévoilé ce jeudi 5 novembre une remise sur son offre « Proxicourses Librairies ». Celle-ci sera disponible au tarif de 2 €, au lieu de 4,5 €, et éligible à la prise en charge de l'État.

Pour une livraison dans une même zone, un facteur passera à la librairie chercher un ou plusieurs livres, dans une limite de 5 kilos par commande, pour les livrer le lendemain. En cas de dépassement de la limite de 5 kilos, le tarif augmentera en conséquence, nous précisent les services de La Poste.

« Le libraire peut choisir un autre mode d'envoi [que l'offre « Proxicourses Librairies »], ou faire appel à un concurrent de La Poste, mais cela lui coûtera plus cher. L'effort que fait la Poste, c'est de diminuer le coût du service de collecte et de livraisons. » Comme indiqué, ce service sera assuré par les facteurs et factrices, sur leur tournée. « Si toutes les librairies se mettent à demander des collectes de millions de livres, nous adapterons nos ressources en conséquence », indique La Poste.
 

Occasion et éditeurs laissés pour compte


Une nouvelle très bien accueillie par les libraires, mais qui ne concernera qu'une partie d'entre eux. En effet, tout comme la prise en charge de l'État, le tarif spécial mis en place par La Poste ne concerne que les TPE et PME dont l'activité principale est la vente de livres neufs, conformément au code NAF de la société, soit 4761Z.

À ce titre, le commerce de détail de livres d'occasion ou de livres anciens n'est pas concerné par ces mesures de soutien, pas plus que les éditeurs indépendants, deux secteurs qui réclament pourtant depuis longtemps des adaptations en matière de tarification pour les envois de livres.
 


« J'ai tout fait depuis jeudi dernier, en relation avec le ministère de la Culture et les autres syndicats de la librairie, nous avons voulu nous raccrocher au mouvement d'ouverture des librairies pour former un tout et être tous traités de la même manière », nous explique Hervé Valentin, président du SLAM (Syndicat National de la Librairie Ancienne et Moderne).

Il déplore « un traitement injuste de nos métiers, surtout que les libraires d'occasion travaillent énormément à distance, encore plus en période de pandémie. Nous n'avons pas de clientèle de quartier, les gens sont souvent bien trop loin pour venir récupérer un livre, le clique et collecte n'est souvent pas possible pour nous », précise encore le président du SLAM.

Dans les faits, beaucoup de librairies d'occasion sont rattachées au code NAF 4761Z, mais l'aide du gouvernement ne concerne que les commerces qui font la majorité de leur chiffre d'affaires dans le livre neuf. « Pour nous, cette annonce est une déception, mais les discussions sont néanmoins enclenchées », confie Hervé Valentin. « C'est primordial, pour les fêtes de fin d'année. »

Si les libraires de livres rares ont pu conserver une activité relativement stable depuis le début de la pandémie, avec des difficultés évidentes néanmoins, ceux d'occasion font face à des situations très compliquées, voire désespérées pour certains commerces. Au début du mois de décembre, le Syndicat National de la Librairie Ancienne et Moderne organisera un salon virtuel sur une nouvelle plateforme, amorlibrorum.fr. « Il faut que l'on puisse offrir des frais de port adaptés à cette occasion. »
 
Par ailleurs, les services de La Poste nous confirment que la remise sur l'offre « Proxicourses Librairies » reste limitée au confinement. A priori, les tarifs « divisés par 3 ou 4 » devraient donc s'inscrire dans le court terme, uniquement... Nous avons également sollicité, sans suite pour l'instant,  le ministère de la Culture pour avoir quelques précisions : sous combien de temps s'effectuera le remboursement, par exemple...


Photographie : illustration, Rina Sergeeva, CC BY-SA 2.0


Commentaires
« Proxicourses Librairies »...

Quand l'inculture rencontre la déficience intellectuelle, le résultat est pathétiquement apocalyptique...
Élaborée comme une démonstration de notre folie bureaucratique, cette mesure est provisoire et ne couvre pas le livre mais uniquement la librairie. Une nouvelle erreur pour faire passer la pilule de la fermeture.

Même si, comme libraire, j'espère en bénéficier !!
cela suffit peut être cette économie d'assistés, rien n'est suffisant, toujours plus.

Tendre la main encore et toujours pour cacher la misère, ses erreurs ses échecs.. cela suffit.. non ?

Diaboliser Amazon pour cacher son inadaptation au monde d’aujourd’hui...

Préserver un monde ancien , une économie avec de nombreuses couches économiques qui se nourrissent au profit des écrivains..

Le libre est important , on peut en acheter partout ...confondre le contenu et le contenant, la bouteille et le vin

Assez de pleurer, assez de mains tendues
Et quel est votre monde d'aujourd'hui, Mr Le Vendéen ? Rester assis sur votre canapé et appuyer sur un bouton pour vous faire livrer ce que vous voulez, quand vous voulez et dans l'heure qui suit votre commande ? Quelle vie palpitante... "Rien n'est suffisant, toujours plus" : c'est la fin de votre première phrase qui colle à merveille à ce que je viens de décrire.

Cordialement.
« Et quel est votre monde d'aujourd'hui, Mr Le Vendéen ? »

Une exploitation sans vergogne des écrivains, qu'on (pardon, que la chaîne du livre) exploite sans vergogne, seule « profession » travaillant gratuitement en France...

À côté, les employés d'Amazon sont au paradis : un salaire, des prestations sociales, des congés payés, etc.

Bref, voilà le monde d'aujourd'hui, celui que vous semblez défendre. Bien entendu, si vous êtes libraire, éditeur ou diffuseur, il doit vous convenir.
Que faites-vous dans la vie, écrivain raté (ou aigri et qui n'a pas réussi à percer), ou employé d'Amazon ? Ou les deux ? Le seul point sur lequel je peux être d'accord, c'est sur la protection et prestations sociales, mais ça ne concerne pas que les écrivains, les auteurs de BD aussi, ou les intermittents du spectacle. Quant à mettre les libraires au même niveau que les éditeurs et diffuseurs, c'est bien mal connaître le métier de libraire.
Quand libraire pris la main dans le sac, libraire toujours agir ainsi...

Donc puisque les auteurs de BD (qui ne seraient pas des écrivains selon vous...) et que les intermittents du spectacles sont aussi exploités, alors tout va bien.

Que Hauteur de Vue soit un écrivain (à succès ou non), son avis n'a pas d'importance...

Bien, les choses sont claires : on voit donc que l'on peut être libraire sans avoir le moindre remord d'exploiter le maillon faible de la chaîne du livre...

Les exploités vous remercient d'avoir joué...
"Quand libraire pris la main dans le sac, libraire toujours agir ainsi..." Mais encore ?

Vous avez tout faux : Pour info, je ne suis pas libraire. Et autre info, ce n'est pas les libraires qui rémunèrent les auteurs. Troisième info, chez les auteurs de BD il y a des scénaristes (des écrivains si vous voulez avoir raison...) et/ou des dessinateurs. Et relisez donc ce que j'ai écrit plutôt que de faire des raccourcis tendancieux et interpréter ce que j'ai dit comme ça vous arrange.
Quand on s'amuse à pratique l'attaque ad hominem plutôt que de répondre sur le fond, on s'expose à une volée de bois vert.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.