France 2 : Alessandra Sublet et Frédéric Taddeï en balance

Nicolas Gary - 19.01.2014

Edition - Société


France 2 a décidé que l'émission de Frédéric Taddeï, Ce soir ou jamais, ne resterait pas dans la grille de programmation. Et ce, alors que les dernières diffusions ont connu un certain succès avec 1,3 million de téléspectateurs, le 10 janvier et plus de 900.000 le 17, soit 6,6 % de parts de marché. Pour l'heure, le positionnement de la chaîne n'est pas apparu clairement : est-ce que Ce soir ou jamais sera décalé à un horaire plus tardif, ou tout simplement supprimée ?

 

 

 

 

En 2011, l'émission avait déjà connu un sérieux coup de rabot, passant d'une diffusion régulière à un rendez-vous hebdomadaire. Des résultats qui à l'époque ne convenaient pas à Pierre Sled, directeur des programmes, et proche de Nicolas Sarkozy. « J'ai pu constater, au cours de l'émission, les phases de popularité et d'impopularité de Nicolas Sarkozy chez les artistes. Par exemple, les mêmes qui le défendaient il y a six mois sont moins disposés à venir le défendre aujourd'hui. Qu'on ne s'y trompe pas, je n'anime pas une émission politique. Ce soir ou jamais est une émission où s'expriment des artistes et des intellectuels », expliquait alors l'animateur. 

 

"Je m'interdis de censurer à partir du moment où ils respectent la loi" (Frédéric Taddeï)  

 

 

Politique politicienne, ou politique culturelle ? Cette fois-ci, d'autres facteurs, outre le sacro-saint audimat, pourraient intervenir. En effet, on se souviendra qu'au cours de l'émission, C à vous, sur France 5, en mars 2013, Taddéï avait fait preuve d'une grande indépendance, assurant qu'il n'avait pas de liste noire, et qu'il ne s'interdisait d'inviter personne. Il s'en défendait contre Patrick Cohen, présent sur le plateau. Leur prise de bec avait laissé des séquelles.

 

Patrick Cohen déplorait que Taddeï invite des gens « que l'on n'entend pas ailleurs et que les autres médias n'ont pas forcément envie d'entendre ». Et d'énumérer Tariq Ramadan, Alain Soral, Dieudonné... ou encore Marce-Edouard Nabe. Or, l'animateur de la matinale de France Inter, entre autres, avait été la cible personnelle d'une vanne, pas nécessairement de bon goût, de la part de l'humoriste Dieudonné.

 

« Toutes les opinions autorisées par la loi en France sont défendues par la Constitution. Tout ce qui n'est pas interdit est autorisé. Et ce n'est pas, moi animateur de télévision, qui vais décider de ce que l'on a le droit de dire (…) Je m'interdis de censurer à partir du moment où ils respectent la loi », rétorquait alors Taddeï.

 

 

 

 

L'animatrice de l'émission, Alessandra Sublet, était quelque peu dépassée par les événements. Or, selon les différentes informations, c'est justement elle qui pourrait prendre la place de l'émission Ce soir ou jamais, pour un talk-show qui sera diffusé au même horaire. 

 

Dans un premier temps, France 2 a répondu aux rumeurs, et confirme bien travailler avec l'animatrice à un programme, mais sans apporter de précisions ni détails. « Frédéric Taddeï n'est pas déprogrammé, pour l'instant il reste là où il est », ajoute le groupe, mais toujours en gardant un certain flou artistique. « Ils sont en plein travail, rien n'est rejeté, rien n'est affirmé. Mais Frédéric Taddeï sera bien sûr sur la chaîne », ajoute-t-on chez France 2. 

 

"J'ai le droit d'inviter des gens sulfureux comme je peux inviter Marine Le Pen ou Brice Hortefeux"

 

 

Lors de sa dernière émission, c'est d'ailleurs l'épineux Marc-Edouard Nabe qui avait été invité, et l'animateur s'en était clairement expliqué. « J'ai invité Marc-Edouard Nabe à la dernière minute quand j'ai appris qu'il allait sortir un livre sur Dieudonné et Soral (…) Il n'a jamais été condamné pour rien. J'ai le droit d'inviter des gens sulfureux comme je peux inviter Marine Le Pen ou Brice Hortefeux. » Une approche certes libérale, mais qui pourrait ne pas avoir séduit la chaîne, particulièrement dans une époque où Dieudonné est tout à la fois synonyme de liberté d'expression et de pire des salops.

 

 Et Taddeï d'ajouter : « Je suis un grand admirateur du style littéraire de Nabe, je ne m'en cache pas. Cela ne veut pas dire que je souscris à toutes ses thèses, mais il faut arrêter de le criminaliser sans le lire. Si son prochain livre sur le complotisme, que je n'ai pas lu, pouvait permettre de lever toutes les ambiguïtés le concernant, ça serait bien ! »

 

 

 

 

Un espace de débat... contesté

 

Dans l'intervalle, et pour s'assurer que la direction de France 2 entende clairement le message, une page Facebook de soutien, et plusieurs pétitions ont été dégainées par les internautes, soucieux de protéger un lieu salué par le président de la Licra, Alain Jakubowicz : 

 

 

 

 

« Grâce au courage de Frédéric Taddeï qui invite des personnes que nous n'entendons pas ailleurs, qui peuvent avoir des idées intéressantes pour l'avenir, son émission est essentielle pour la vie démocratique de notre pays. Nous exprimons ici, pour toutes les raisons ainsi évoquées, notre volonté de voir l'émission maintenue pendant la semaine à 23 h sur France Télévisions », peut-on lire dans l'une de ces pétitions. Un avis que tout le monde ne partage pas nécessairement avec le même enthousiasme, comme le démontre la journaliste Caroline Fourest :

 

 

 

... mais pas menacé ?

 

Le nouveau directeur des programmes, Thierry Thuillier, a cependant apporté quelques détails : « Nous sommes en discussion avec Alexandra Sublet, dont nous aimerions faire un des visages de la chaîne. C'est dans ce cadre que nous avons évoqué pour Frédéric Taddei le créneau de la fin de soirée du jeudi, après nos émissions d'information. Ce serait une soirée cohérente. Mais rien n'est fait. »

 

Et d'assurer surtout que les critiques qui ont fusé contre Frédéric Taddeï n'avaient certainement pas pesé dans la décision de faire bouger le créneau télévisuel qui lui était consacré. C'est tout le contraire : « Si cette émission ne peut pas inviter des personnes avec des points de vue très polémiques, alors son existence serait remise en question. Nabe n'a jamais été condamné. Il peut choquer, mais c'est l'honneur de l'émission de Taddei de recevoir des points de vue très différents. »

 

Dont acte, probablement... 

 

mise à jour 17h40 : 

Dans un communiqué officiel, la chaîne a fini par réagir en rappelant que les débats et l'indépendance de l'information compte dans son ADN et que « toutes les allégations circulant sur les réseaux » sont nulles et non avenues. Elle confirme par ailleurs travailler avec Alessandra Sublet, mais pour une émission qui est encore en discussion, de même que sa programmation.