France 2 enquête sur le plagiat littéraire, oubliant Laborde et PPDA

Nicolas Gary - 07.08.2013

Edition - Société - plagiat littéraire - Alain Minc - Françoise Laborde


Patrick Poivre d'Arvor et Julian Bugier, qui assure actuellement l'intérim du journal télé de France 2, ont un point commun : ils furent tous deux, les plus jeunes présentateurs d'un journal de 20h sur la chaîne. PPDA prit les commandes d'Antenne 2 à 29 ans, c'était en 1976, alors que Julian Bugier a fait ses débuts à 30 ans sur France 2. Quoi de plus naturel alors que celui qui fut qualifié par Têtu de « plus beau mec du PAF » aborde la question... du plagiat, durant son 20 h du 6 juillet ?

 

 

Cut and paste

nicolasnova, CC BY 2.0 

 

 

C'est la grande enquête du journal d'hier : « Savez-vous si le livre de votre été a bien été écrit par son auteur », attaque le présentateur. Et d'estimer que plusieurs cas « ont défrayé la chronique ». Enquête donc, qui s'ouvre sur plusieurs portraits de plagiaires connus : Joseph Macé-Scaron, Henri Troyat (sacrée nouveauté) ou encore Thierry Ardisson, Alin Minc ou encore Calixthe Beyala sont ainsi jetés en pâture à l'opprobre publique. 

 

Tous ont été « reconnus de plagiat, par la justice ou par les auteurs eux-mêmes », précise le reportage. Et de conclure que les affaires « sont de plus en plus médiatisé[e]s », sans affirmer pour autant qu'elles soient de plus en plus nombreux. Heureusement, la technologie progresse et permet de les repérer plus facilement. (à voir)

 

Or, si dans l'actualité récente, le cas Minc compte parmi les plus amusants - excepté pour l'auteur originel - une première recherche sans trop d'envergure permet de retrouver celui de Françoise Laborde, qui fin juillet faisait la Une des rédactions. En passant simplement par Google actualités avec les mots clefs plagiat et livre, on retrouve plusieurs articles en faisant état. 

 

 

Six réponses sur sept entrées... difficile à rater ?

 

 

Dans le cas de Françoise Laborde, les éditions Fayard ont même été contraintes à verser 35.000 € d'amendes pour les emprunts réalisés. Oui, mais voilà : Françoise Laborde est journaliste, certes, présentatrice télé - ayant notamment officié sur France 2 en 95, avant de prendre le poste de rédactrice en chef de Télématin en 97 et toujours sur France 2, en 99, remplaçante de Béatrice Schönberg pour les journaux du week-end.

 

Et accessoirement, depuis le 24 janvier 2009, elle siège au Conseil supérieur de l'audiovisuel, nommée par Nicolas Sarkozy quand il était président. Pour mémoire, le tribunal de grande instance de Paris avait estimé « manifeste que le texte litigieux reproduit, très souvent au mot près, l'article de la demanderesse », avant de la condamner pour plagiat. Mais peut-être vaut-il mieux oublier la faute d'une collègue travaillant pour la même chaîne, et présente au Tout-Puissant CSA...

 

Mais surtout, comment oublier l'un des journalistes et écrivain qui a la malchance de s'être fait remarquer pour ses oublis de citation. Par exemple, la biographie Hemingway jusqu'à l'excès, parue en 2011 chez Arthaud et largement confondue, où PPDA avait emprunté à une bio écrite par Peter Griffin. Ou encore, le livre Fragments d'une femme perdue, sorti en 2009 chez Grasset et accusé d'avoir pioché dans la correspondance entretenue avec son ex, Agathe Borne. Deux beaux exemples. 

 

Des mauvaises langues affirment qu'une solidarité entre "jeunes présentateurs" pourrait très bien expliquer cet oubli... Voire que les deux hommes s'apprécieraient. N'en croyons rien. D'ailleurs, nous attendons que France 2 nous recontacte sur le sujet.

 

Dans tous les cas, on aime bien PPDA chez France 2 : ce dernier avait été très bien accueilli par Laurent Delahousse. A l'occasion d'un 20h le dimanche 7 avril 2013, le présentateur avait reçu le journaliste pour son livre Seules les traces font rêver, et en fin d'émission, lui a « laissé les clefs de la maison » pour conclure le journal :