France 2 licencie son Monsieur Météo, opposé à la COP21

Camille Cornu - 02.11.2015

Edition - Justice - Philippe Verdier - climat investigation - france télévision


Les éditions Ring publiaient le mois dernier le livre de Philippe Verdier, Climat investigation. Le propos du livre, « climato-sceptique », relativisant les causes et les effets du réchauffement climatique, n’avait pas plu à France Télévision, qui emploie l’auteur comme « Monsieur Météo » sur France 2. Philippe Verdier a annoncé aujourd’hui avoir reçu une lettre de licenciement. 

 

Capture d'écran du clip d'annonce de licenciement publié par les éditions Ring. 

 

 

Le journaliste de 47 ans avait été écarté de la chaîne depuis le 13 octobre. Il avait alors fait circuler une pétition, récoltant des milliers de signatures, persuadé que cela pouvait sauver son job. Mais ça n’aura servi à rien : le chef du service météo de France 2 a annoncé son licenciement en se filmant dans une vidéo postée sur le compte de son éditeur. 

 

Dans ce court clip, il se présente et annonce être interdit d’antenne sur sa propre chaîne depuis la sortie de son livre. « Ce matin, j’ai reçu ce courrier. J’ai décidé d’ouvrir cette lettre avec vous et devant vous, parce qu’elle s’adresse à chacun, au nom de la liberté d’expression et du droit à l’information ». Il ne lit pas sa lettre à la caméra, mais un message vient clarifier la situation : « Philippe Verdier, journaliste licencié par France Télévisions un mois avant la Cop21. »

 

Le sous-entendu est clair alors que Philippe Verdier avait adressé une lettre ouverte à François Hollande, lui expliquant son point de vue, c’est-à-dire l’inutilité de la Cop21 face au manque de preuves scientifiques mettant en cause la responsabilité de l’être humain dans le réchauffement climatique. Le journaliste entend se présenter comme licencié, parce que dérangeant pour le pouvoir politique. 

 

 Dans le trailer de présentation de son livre, l’auteur se voulait déjà détenteur d’une parole révélatrice : « Nous sommes otages d’un scandale planétaire sur le réchauffement climatique, une machine de guerre destinée à nous maintenir dans la peur. À la base il y a les scientifiques, manipulés, politisés. Des conflits d’intérêts, de la corruption, des scandales sexuels puis des politiques qui ne servent que leur image et leur soif de pouvoir, des médias aveuglés qui s’emballent et censurent sous la pression des actionnaires et de la publicité ».

 

Tandis que France Télévisions tente de se créer une image écolo et engagée contre le réchauffement climatique en diffusant des clips mettant en scène des personnalités comme Sophia Aram ou Laurent Voulzy nous exhortant à utiliser du papier recyclé mais surtout pas de gobelets en plastiques, le fait que son représentant en matière de météo exprime publiquement des idées opposées semble avoir été mal perçu : il a d’abord été demandé à l’auteur de modifier sa présentation sur son compte twitter sur lequel on peut désormais lire « compte perso. Météo à TV en France (je ne peux pas en dire davantage) » et où le nom de France Télévisions n’apparaît donc plus.

 

Lorsque Philippe Verdier adressait sa lettre ouverte à François Hollande, il prenait bien soin d’accomplir ce geste le jour même de la sortie de son livre et signait son courrier en tant que « chef du service météo de France Télévisons ». Sur ce licenciement, la présidente de France Televisions, Delphine Ernotte, déclarait à Paris Match : « lorsqu’on est salarié d’une maison comme France Télévisions, il faut faire une distinction entre ses avis personnels et ce que l’on fait porter à l’entreprise. Là, il y a eu confusion, et ça me pose problème ». 

 

Sur Europe 1, l’auteur estimait « tout à fait possible » que son éviction de France Télévisions soit due à une intervention de l’Élysée. La rédaction a tenté de joindre France Télévisions et n’a pour l’instant pas pu obtenir de précisions. La directrice de communication confiait au Figaro : « On ne dit rien sur Philippe Verdier, parce que c’est une question RH [ressources humaines] et moi, je n’ai rien à dire en matière RH à la presse sur Philippe Verdier. C’est une question de personnel. »

 

Si Philippe Verdier est interdit d’antenne sur France Televisions, il était invité vendredi soir sur Paris Première par Natacha Polony. Il y a décrété que toute la médiatisation autour de son licenciement n’était en fait qu’une autre façon de l’empêcher de parler de son livre, et a renouvelé son désir de rester à France Télévisions.

 


Philippe Verdier ouvre sa lettre de... par Editions_Ring