France 5 sert un café bien amer à Daniel Picouly

Clément Solym - 06.05.2011

Edition - Société - picouly - café - daniel


Ulcéré, choqué et plus encore : les mots forts ne manquent pas à Daniel Picouly, qui vient de faire les frais de la grille télévisée de France Télévision. Il rejoint ainsi les FOG ou Guillaume Durand et les Frédéric Taddeï dans la charette des émissions supprimées.

Daniel Picouly avait lancé Café Picouly, émission à tendance fortement littéraire. Simplement... « À partir de la fin d'année, France 5 sera diffusée 24 heures sur 24 sur l'ensemble du territoire national. La direction de France 5 estime qu'il faut, au passage, muscler une ou deux soirées pour s'adresser à un public plus large. La décision s'est portée sur Café Picouly. » (via Le Point)

Le message est simple et pour la chaîne France 5, la course à l'audience et l'audimat est la même que pour les autres.

« C’est une nouvelle désastreuse. On a eu une réunion il y a deux jours avec Bruno Patino, le patron de France 5. Une réunion où l’on devait faire le bilan de l’année. Mais la veille, Catherine Barma, ma productrice, a été informée de l’arrêt de l’émission. Ça nous a surpris. Certains sont préparés. Nous, biiing ! Nous n’avons eu aucun signe avant-coureur. Aucun avertissement. Aucune demande de modification. J’étais même très confiant… », explique l'intéressé à Télé2.

« On nous a dit que France 5 va changer d'orientation le vendredi, avec une soirée thématique. Très bien, on peut aller ailleurs, nous. Mais il paraît qu'il n'y a pas d'autre place disponible pour l'instant. Je suis vraiment déçu, choqué. C'est aussi violent pour les équipes techniques. On fait une bonne émission. »

Ne pas baisser les bras

Sauf que Daniel revendique sa place sur le service public, « question de morale, d'idéologie et de passion. Je n'irai jamais dans le privé. Si je n'ai rien à la rentrée, j'écrirai des livres, je monterai peut-être sur scène, ce que je rêve de faire depuis dix ans, et je retrouverai ma liberté de parole ».

Écrivain, Daniel trouvera peut-être dans cette déconvenue de quoi alimenter un prochain ouvrage, mais pour l'heure, lui et sa productrice, Catherine Barma, restent sur les dents.

Selon les chiffres donnés, l'émission réalisait entre 0,7 et 1,2 % de parts d'audience sur la tranche du vendredi soir, à partir de 21h35.

Reste encore le dernier des Mohicans, François Busnel avec sa Grande Librairie, qui tient encore le choc. Mais peut-être que son poste de directeur de la rédaction au magazine Lire lui confère un peu plus de poids, pour assurer le suivi de l'émission ?

Dans tous les cas, Café Picouly ne sera pas là l'an prochain. Sans pour autant jouer sur ses réseaux. « Bien sûr que je connais du monde, même des politiques. Mais je ne compte pas faire jouer mes réseaux. Je ne ferai pas ce qu'on reproche à d'autres. C'est une question de transparence. »