France : de l'exception à l'extinction culturelle

Nicolas Gary - 11.04.2019

Edition - Economie - extinction culturelle - auteurs réforme retraite - exception culturelle


La réforme des retraites souhaitée par le gouvernement aura pour conséquence de frapper durement les artistes-auteurs : selon les premières informations, ils perdraient 13 %, voire 17 % pour les auteurs du livre. La mobilisation est lancée, autour d’un site évocateur : Extinction culturelle.
Pas moins de sept organisations d’auteurs, incluant également les États Généraux de la BD, ainsi que deux syndicats d’agents littéraires se retrouvent autour d’une plateforme fraîchement lancée. 

« Dès aujourd’hui, nous vous demandons d’écrire à vos députés et sénateurs pour les mettre au courant du danger et obtenir leur soutien. Nous avons simplifié la chose au maximum, et tout regroupé sur un site au nom explicite : extinction-culturelle.fr », indique un communiqué de presse.

L’allusion détournée à l’expression en vigueur depuis les années 80, d’exception culturelle est flagrante : sur le site en question, se retrouve un modèle de courrier, ainsi que plusieurs liens permettant d’accéder à l’adresse email des parlementaires — députés et sénateurs. 

Au cœur des revendications, la fameuse réforme des retraites portée par Jean-Paul Delevoye, qualifiée de bombe à retardement pour l’industrie du livre. Petit rappel : le principe est que chaque euro cotisé ouvre des droits identiques à la retraite. Dans le cas d’un salarié, des questions se posent déjà. 

Or, un auteur, s’il est assimilé salarié, n’a pas d’employeur. C’est pour cela qu’au 31 décembre 1975, a été établie une «  contribution diffuseur ». Par cette dernière, toute entité versant des droits d’auteurs — pour une intervention, la vente de livres, etc. — verse 1,1 % au titre de cotisation.


Sauf que l’enjeu de demain est de savoir comment la hausse de cotisation qu’impliquerait la réforme sera répercutée. Les scénarios que nous avions envisagés n’ont d’ailleurs rien de réjouissant.
 


Dans le courrier type à adresser aux parlementaires, on découvre les revendications exprimées par les associations d’auteurs : « Il faut que l’artiste-auteur continue de ne payer que les cotisations salariales et ait droit aux mêmes points de retraite qu’un salarié à revenu brut équivalent. Et ce malgré l’absence des cotisations patronales et la faiblesse de la cotisation diffuseur censée les remplacer, situation qui n’est pas du fait des artistes-auteurs. »

Mais c’est également l’occasion d’enfoncer le clou sur la création d’un nouveau statut qui serait alors plus protecteur pour les artistes-auteurs. On peut retrouver la lettre ainsi que plus d’éléments à cette adresse. Et sur les réseaux sociaux, en avançant le hashtag #PayeTaCulture.
 


Commentaires
Il n'y avait aucune nécessité de tout bazarder pour mettre quelque chose d'autre à la place qui ne sera pas mieux voire pire.

" 1 euro cotisé donnera les mêmes droits à chacun quel que soit son statut " n'est qu'un slogan racoleur. Si certains métiers ont des régimes de retraite particuliers c'est qu'il y a une raison. Du coup, Delevoye va finir par nous vendre un mouton à 5 pattes bon à jeter à la poubelle avant sa naissance.

S'il s'agit d'équilibrer les régimes de retraite, les réformes paramétriques sont bien plus efficaces car on sait au moins ce que l'on fait.

Là Delevoye distribue des points de retraite par ci par là, on ne sait pas combien, on ne sait pas ce qu'ils rapporteront.

Cette réforme des retraites est une ineptie par construction.
Tenez bon vous êtes bien parti avec votre action perso je vous soutiens et je suis sûr qu'il y en auras pleins d'autres je fais passer votre message red face grrr
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.