France : Des contenus pédagogiques dédiés à la laïcité pour l'école

Cécile Mazin - 09.12.2014

Edition - Société - Eglise Etat - séparation République - France politique


Le chiffre est un peu bancal – 109 ans... – mais le ministre de l'Éducation nationale a tenu à célébrer tout particulièrement cette date. Il est vrai que l'époque a besoin de repères peut-être plus précis sur ce que peut être la laïcité. Alors qu'on interdit – ou impose – une crèche de Noël dans une mairie de Marseille, la loi du 9 décembre 1905 a un goût assez étrange pour l'esprit. 

 

 

 

La ministre aura, toute la journée, fait preuve de pédagogie. Sur son site, elle répète : « Cette journée anniversaire de la promulgation, le 9 décembre 1905, de la loi instituant la Laïcité de la République par la séparation des Églises et de l'État, doit être l'occasion d'échapper aux postures et aux instrumentalisations qui nous éloignent de l'ambition laïque telle que notre République la connaît depuis plus d'un siècle. »

 

C'est que le programme pour une école laïque débutera en 1882, avec quatre ans plus tard la laïcité des personnels, qui « a en effet précédé de près de vingt ans celle de l'État ». L'école et l'enseignement étaient bien plus en avance en la matière, raison pour laquelle il importe de poursuivre dans cette voie. 

 

Najat Vallaud Belkacem a conçu plusieurs axes pour revaloriser la laïcité, « la colonne vertébrale de l'École », en choisissant de rejeter les violences et les discriminations. La ministre opte pour une approche « conciliant la liberté de chacun avec l'égalité et la fraternité de tous », assurant que c'est là une voie majeure dans la pédagogie. Pour l'enseignement, cela passera par un renforcement de la formation initiale et continue, puis par la production de « contenus de la pédagogie de la laïcité ».

 

Ce point est intéressant, dans le cadre éditorial, puisqu'il s'appuie sur « l'appropriation hétérogène » de la Charte qui a été publiée dans les établissements scolaires. Et la ministre de préciser que dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, en consultation, la formation des citoyens et de la personne figure en bonne place. 

Ainsi, les programmes de français, d'histoire, de géographie, de langue vivante ou de philosophie continueront de contribuer à l'enseignement laïque des faits religieux. Mais l'élément majeur, c'est l'enseignement moral et civique qui sera effectif dès la rentrée 2015

Cet enseignement a fait l'objet d'un projet de programme remis par le conseil supérieur des programmes le 3 juillet 2014 pour les écoles primaires et le collège. Concernant les lycées, le projet de programme est attendu incessamment, ce qui me permettra d'arrêter les programmes pour l'ensemble des cycles, après consultations au premier trimestre 2015, entre avril et mai prochain.

 

Enseignement moral et civique sont un « élément central de la pédagogie de la Laïcité, un outil pédagogique décisif pour que l'école soit pleinement le vecteur d'une citoyenneté républicaine ». 

 

Le troisième point d'action passera « par un meilleur accompagnement des enseignants et de la communauté éducative, plus en phase avec la réalité du terrain, en développant une animation territoriale sur cette question pilotée par des référents académiques "laïcs" », assure la ministre. 

 

  Charme de la laïcité à l'école