Dans un effort de collaboration transatlantique, France et Québec travailleront main dans la main, pour la promotion des contenus culturels en ligne. Une approche qui découle manifestement de la lutte contre la suprématie des plateformes et de leurs recommandations machinales — littéralement et dans tous les sens. 

ambiance salon lectrice montreal
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (salon du livre de Montréal, photo d'illustration)

 
Fruit de la réflexion commune entre la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy et Franck Riester, son homologue français, une mission est amorcée, sur la découvrabilité des œuvres francophones. Lors d’une déclaration commune, les deux ministres pointent un contexte où les pratiques culturelles sont « largement influencées par l’évolution de l’environnement numérique ». Difficile à contredire.

Or, la valorisation des contenus francophones est primordiale, et répond à un enjeu que le Québec, face à toute l’anglophilie des territoires qui l’entourent, et la France avec lui, souhaite porter. 

Lors de sa visite à l’occasion de la Journée du livre politique, au Sénat, Franck Riester n’avait pas dit autre chose : il fallait regagner sa liberté de choix, contre l’algorithme, « un magma de données qui vous ressemblent, parce qu’elles vous sont personnelles ». 
 

L'algorithme dans l'appeau


De nouveau, le locataire de Valois insiste : « Les grandes plateformes de l’Internet sont devenues incontournables dans la diffusion des contenus culturels, ce qui leur confère une grande responsabilité dans l’accès aux œuvres produites en France ou dans l’ensemble des pays francophones. »

C’est bien ces outils de calculs et de prescription qui sont mis en cause, notamment parce qu’intervenant sur les plateformes de vente. Malgré la tentative de faire passer pour des recommandations personnalisées leurs résultats de calculs, ces solutions sont au moins incomplètes, au mieux insatisfaisantes.
 


« Un des défis consiste alors à permettre aux contenus francophones d’être référencés et suggérés aux internautes », assurent alors les deux ministres. Et la mission aura pour objet tout d’abord d’établir un diagnostic de la situation : comment la découvrabilité des œuvres francophones s’opère à ce jour. 
 
La suite est simple : permettre d’intégrer dans ces conclusions une approche qui favorisera la francophonie. 

« Pour notre gouvernement, il est important d’assurer que tous puissent avoir accès à des contenus culturels francophones de qualité sur le Web. Le rayonnement des œuvres culturelles et médiatiques produites fièrement en français au Québec permettra également de faire découvrir à l’ensemble de la Francophonie l’incroyable talent des artistes, artisans et artisanes de chez nous », assure alors Nathalie Roy.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.