France Télévisions sacrifie-t-elle les émissions littéraires ?

Clément Solym - 23.06.2008

Edition - Société - émission - littéraire - France


Suite à la lettre que François Ferney a fait parvenir au chef de l'État, et qui reste morte aujourd'hui encore, France Telévisions qui était en copie digère mal la pilule. « Si c'est comme ça qu'on pense pouvoir redonner un sens au service public, c'est tout de même terrifiant », tançait en effet François.

Au-delà du cadre personnel

 « Si j'ose vous écrire, c'est que l'enjeu de cette décision dépasse mon cas personnel » affirmait le journaliste. Mais la disparition du 'Bateau livre' pose bien la question que nos confrères du Figaro pointent du doigt : « Y a-t-il encore une place pour la littérature à l'antenne ou bien sommes-nous condamnés à ces émissions dites culturelles où le livre n'est qu'un prétexte, un alibi ? »

Les livres, plus que jamais exposés... aux dangers ?

À France Télévisions, on trouve excessif que de prendre à parti le président, d'autant qu'on rappelle qu'actuellement, le recrutement bat son plein, en tout cas pour une émission culturelle sur France 5. François Busnel est tout simplement appelé à remplacer l'horaire et le contenu de Bateau livre. Patricia Boutinard Rouelle, directrice des magazines et documentaires de la chaîne, explique qu’'elle souhaiterait « rassurer Frédéric Ferney. Malgré son départ, la littérature sera plus que jamais exposée avec quatre nouvelles émissions sur France 2, dont une exclusivement consacrée, aux livres ».


Un recrutement pas évident...

Or on sait quelles sont les errances rencontrées actuellement dans les négociations menées avec Nicolas Demorand, que France 2 trouverait un peu gourmand. De toute façon, pour le moment, l'animateur de France Inter est en stand-by. « Nous avons interrompu les discussions avec lui. France Télévisions n'est pas une salle des ventes. Les prétentions financières de Nicolas Demorand sont considérées comme obscènes sur le service public », poursuit Patricia. Définitivement trop gourmand Nicolas ?

..., ou des programmations peu convaincantes

Reste que dans la grille, on envisage bien une émission pour le vendredi à 19 h, que Christophe Hondelatte animera. « Cinéma, théâtre, spectacles, livres : à cette heure-là, l'idée est de présenter la culture avec gourmandise », selon Patricia. Pour ce qui est de Daniel Picouly, l'émission n'aura lieu qu'un vendredi sur deux, à 22h30 ; une manière de dire que 'Du côté de chez Picouly', titre à confirmer, ne fait pas les gorges chaudes de la chaîne ?

Pourtant, on se targue qu'elle sera centrée uniquement sur la littérature, en offrant à un jeune auteur le coup de promo nécessaire à son envol. D'autant que, selon la chaîne, « il ne s'agira pas d'un magazine élitaire » ; eh, oui, puisque les livres de poche auront droit de cité. On nage en plein délire... Il est vrai qu'aucun grand auteur n'a connu d'édition de poche, et que l'on réserve cette collection au vulgaire.

Tenter le grand bluff

Enfin, reste le cas Durand, dont 'Esprits libres' a volé en éclats. Guillaume animera tout de même une émission « sociétale et culturelle », juste après Vivement dimanche, l'émission de Michel Drucker. Un coup de poker à tenter. Sur un coup de paresse, les téléspectateurs peuvent ne pas avoir envie de zapper.


Il ne reste donc qu'à attendre. Et à voir comment se mettra en place dans ce contexte, le grand plan de promotion envisagé par le Syndicat national de l'Édition, pour promouvoir le livre à la télévision... (lire notre dossier).