medias

Francesca Serra : “Elle a menti pour les ailes”, quelque chose de Houellebecq

Victor De Sepausy - 08.06.2020

Edition - Les maisons - Francesca Serra - menti pour ailes - rentrée littéraire


PREMIÈRES PAGES – « Les premiers lecteurs parlent d’une jeune Houellebecq, qui aurait une passion pour l’esthétique de Gus Van Sant. » Les éditions Anne Carrière préparent pour la rentrée un premier roman, celui de Francesca Serra. Dans les pas de son héroïne, Garance, nous sommes conviés à emprunter le chemin d’un teen movie qui se transforme en légende orphique. ActuaLitté a obtenu en avant première un extrait, pour goûter cette œuvre qui s'annonce si particulière.


 

« Il est difficile pour un éditeur d’avoir entre les mains un texte qu’il considère comme majeur et de le présenter sans rebuter par l’abus de superlatifs. J’ai été confronté à cet enjeu avec les premiers romans de Chimamanda Ngozi Adichie, Robert Goolrick, Yannick Grannec, et aujourd’hui Francesca Serra », explique Stephen Carrière. 
Dans Elle a menti pour les ailes, Francesca Serra offre à la génération des milléniaux, si souvent caricaturée avec la brutalité d’un tweet, une fresque héroïque, charnelle et profondément humaniste. 

« Pour résumer l’ambition littéraire de ce livre de façon plus personnelle, je dirais qu’il offre un mouvement du post-moderne vers l’antique. Car si l’auteure démontre dans sa première partie un talent inouï pour décrire les mécanismes d’un groupe et les lois de l’attraction qui l’animent dans le corps social, c’est pour mieux nous mener vers le mythe », reprend l’éditeur. 
 

Au milieu des années 2010, dans une petite ville du Sud en bord de mer, Garance, la fille sans histoire d’une professeure de danse, regarde le monde sur son écran. Et le monde la regarde. À part se prendre en photo, il n’y a rien à faire ici. Jusqu’au jour où elle attire l’attention d’un cercle très fermé d’adolescents plus âgés. Pour l’intégrer, elle est prête à tous les sacrifices. En échange, ils l’initient au secret, à l’art de l’ennui, à la férocité de la meute.
Quelques mois plus tard, Garance disparaît.
Le premier roman de Francesca Serra est une fresque héroïque et charnelle dédiée à la génération des milléniaux. Un livre qui nous capture en terrain familier puis nous emporte ailleurs. Là où les grands récits archaïques ne font que semblant de dormir.


Ce livre est habité par cette dualité. Un hyperréalisme qui épouse les travers de cette génération connectée, dépassée par la dissolution du lien dans l’exposition permanente de l’intime sur les réseaux sociaux. Elle place ses enjeux dramatiques en résonance avec notre propre addiction au voyeurisme contemporain.

Mais c’est pour nous conduire ailleurs, ou plus exactement nous entraîner au « plus profond », là où les grands récits archaïques ne font que semblant de dormir. Là où l’on trouve des héros, des monstres et bien sûr la nature, force primale, redoutable, berceau de mort et de renaissance. 



[à paraître 21/08] Francesca Serra – Elle a menti pour les ailes – Anne Carrière – 9782843379901 – 21 €


Dossier - Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.