Francis Lalanne, soutien aux confrères : "Les auteurs ne veulent pas disparaître"

Nicolas Gary - 21.03.2015

Edition - Société - Francis Lalanne - Salon livre Paris - marche auteurs


Rencontrer Francis Lalanne, alors que les auteurs s'apprêtaient à entamer une victorieuse Marche sur le Salon du livre de Paris, ce sont des souvenirs qui remontent. D'abord, parce qu'il avait cosigné un ouvrage collectif, La Bataille Hadopi, réunissant différents plumes de journalistes, écrivains, musiciens et politiciens, contre la loi du même nom. Ensuite, parce que rencontrer Francis Lalanne, c'est l'assurance de déclarations fracassantes.

 

 

La Marche des auteurs

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« La présence d'un auteur, qui soutient ses confrères. Je dirais que l'affiche résume vraiment parfaitement ce que nous voulons dire en nous rassemblant [...] les auteurs ne veulent pas disparaître. » Et les créateurs ne sont pas disposés à prendre à leur compte « les directives de la société dominante, et qui voudrait que les hommes disparaissent de la commande du Monde ».

 

Et pas question de tenir les éditeurs comme responsables : « S'il y a des êtres que je respecte au-delà de tout, ce sont les éditeurs. Mais le problème, c'est que les éditeurs sont confrontés à de telles difficultés aujourd'hui... Leur survie est menacée et donc, cette menace par conséquent fait que les auteurs sont menacés également. S'il n'y a plus d'éditeurs, il n'y aura plus d'auteurs. Et s'il n'y a plus d'auteurs, il n'y aura plus de livres. Il faut absolument prendre conscience que nous sommes tous ensemble dans la même galère, dans le même vaisseau, que la tempête est rude, que la coque est endommagée, et qu'il convient de rester sur le pont pour empêcher le bateau de couler. »

 

La méthode de sauvetage d'un navire est contestable, mais on saisit l'idée générale.

 

D'ailleurs, impossible d'aller contre le train en marche, et l'évolution d'un marché qui se structure avec des auteurs choisissant l'autopublication. « On n'empêchera pas cela. » Francis Lalanne a une vision plus... personnelle. « Je pense qu'il faut construire le monde, à côté du monde. Dans l'Apocalypse de Saint-Jean, il y a une phrase qui me paraît tout à fait adaptée à ce que nous sommes en train d'étudier ensemble. » 

 

 

Francis Lalanne

ActuaLitté, CC BY SA 2.0 

 

 

Allons donc : le monde du livre connaît certes un recul de son chiffre d'affaires, mais de là à invoquer l'Apocalypse...? « Saint Jean dit : “Mon Dieu je ne te prie pas pour le monde, mais pour qu'étant dans le monde, il n'ait pas l'esprit du monde.” Nous pouvons être dans le monde et conserver notre esprit. Et pas celui dont l'anagramme forme le mot démon. »

 

Nous n'avons pas relu l'intégralité de l'Apocalypse avant publication, mais il a été compliqué de retrouver la citation. En revanche, on trouve bien « Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises ». À bon entendeur, donc...