Franck Riester défend sa politique d'accès au livre pour handicapés et dys

Clément Solym - 11.12.2018

Edition - Société - Franck Riester accessibilité - public empêché lecture - livres adapté accessibilité


L’accessibilité aux livres pour les personnes en situation de handicap fait l’objet de multiples initiatives. Pour autant, déplore la députée Nadia Essayan (Mouvement démocrate — Cher), sur l’ensemble de la production française, les ouvrages adaptés sont encore bien peu nombreux. Franck Riester lui répond.

Mes Mains En Or - Congrès ABF 2016 à Clermont-Ferrand
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
La députée avait déjà interpellé Jean-Michel Blanquer, à l’Éducation, sur la disponibilité de manuels scolaires pour les aveugles. Dans son interrogation, elle se demandait si l’école de la République n’en venait pas à opérer une discrimination. Le manque d’offre, en dépit des efforts réels, pose de multiples problèmes pour le secteur scolaire. Mais pas tant, lui avait alors répondu le ministre...

C’est en substance à la même question que celle posée à l’Éducation nationale, que Franck Riester, nouveau locataire de la rue de Valois, s’est mis en devoir de répondre. 
 

Offre et catalogue à revoir


« Comment expliquer aux près de 1 700 000 déficients visuels français que, face à la pénurie d’ouvrages accessibles et au recul du braille, le sujet de l’édition adaptée qui impacte 4 ministères différents n’ait pas été retenu parmi les chantiers prioritaires du comité interministériel du handicap alors qu’il nécessite une volonté politique », relevait en effet la députée.

D’ailleurs, le rapport de décembre 2016, porteur de 26 recommandations ne semble pas non plus avoir abouti à des développements majeurs. Ce dernier, intitulé « Les structures ayant une activité d’adaptation des œuvres au bénéfice des personnes en situation de handicap », concernait pourtant bien trois ministères : Santé, Culture et Éducation nationale.

Mais pour Franck Riester, il y a erreur : l’accès au livre et à la lecture « constitue une priorité gouvernementale », qui a fait l’objet d’une réunion début octobre. Et de son côté, son ministère fait des efforts, souligne-t-il. 
 

Livre numérique et habilitations de bibliothèques


D’un côté, il évoque le soutien à l’EDRLab, qui, au niveau européen, travaille à la création du format EPUB3, pour les livres numériques. Mais également d’une mesure technique de protection et d’une solution de lecture. 

À ce titre, et dans le cadre des 26 recommandations du rapport, Valois « anime, en lien avec l’association BrailleNet, un groupe de travail pour la certification des livres numériques accessibles en format EPUB3, incluant les acteurs du domaine scolaire ». Et surtout, un comité de pilotage interministériel a été mis en place, pour travailler à l’édition nativement accessible. 

« Le rôle de ce comité de pilotage sera d’affirmer un consensus autour d’une stratégie commune, de s’accorder sur un calendrier, des objectifs opérationnels et une méthode de travail, puis de réaliser un bilan périodique des actions entreprises et des progrès réalisés », relève le ministre.

Enfin, et toujours, s’inscrivant, dans le respect des propositions du rapport, le ministère projette l’ouverture de 300 bibliothèques territoriales ou universitaires, d’ici avril 2020. Ces dernières seront habilitées dans le cadre de l’Exception handicap au droit d’auteur.

Non seulement elles pourront accueillir des publics « souffrant de troubles de la lecture et des apprentissages », mais surtout l’habilitation « permet à tout organisme de communiquer à leurs publics empêchés de lire des fichiers numériques adaptés, déposés et mutualisés sur la plate-forme Platon, gérée par la Bibliothèque nationale de France ».
 

Marrakech, trois minutes d'arrêt


Pas un mot en revanche sur la tentative du ministère de limiter l’accès au livre pour aveugles et malvoyants, dans le cadre du traité de Marrakech. Ce dernier avait en effet exprimé l’envie d’ajouter des restrictions, qui empêcherait la saine application du traité.
Un projet de décret transposant la directive 2017/1564 du 13 septembre 2017 correspondant au Traité de Marrakech intégrait l’obligation, pour les organisations et structures concernées par les dispositions du texte, d’être agréé par le ministère. De quoi se demander si l’esprit du Traité avait bien été saisi. 

L’association des Bibliothécaires de France avait vivement réagi, réclamant une application « complète et sans limitation ». Et demandait que la disposition disparaisse, corps et bien. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.