François Cavanna propose un collège Nicolas Sarkozy

Clément Solym - 30.03.2011

Edition - Société - college - internat - cavanna


« J'étais ravi que mon nom soit associé à un collège destiné à ceux qui n'ont pas eu un démarrage facile dans la vie et là, j'apprends qu'on va fermer l'internat pour filles. C'est renversant. »

François Cavanna, patron de Charlie Hebdo n'en revient pas. On va donc fermer l'internat du collège situé à Nogent-sur-Marne qui porte son nom. Oh, peut-être n'est-ce pas celui qui inspira Leforestier, « Vous êtes si jolie quand vous passez le soir à l'angle de ma rue... » Mais tout de même.

Dans un courrier en date du 28 mars, adressé au recteur d'académie, l'écrivain se rebiffe donc. Car les élèves pris en charge dans cet établissement avaient connu tous échecs d'une scolarité classique. Le collège François Cavanna devenait alors une sorte de dernière alternative.

Classé Établissement régional d'enseignement adapté (Erea), le collège subit une décision lourde. Le rectorat de Créteil assure à l'AFP qu'il n'est pas question d'argent. « On n'est pas dans le cadre d'une réduction de moyens. On va même doubler les capacités d'accueil pour des postes de formation qualifiante en restauration. » Les internes partiront donc à Bonneuil-sur-Marne.

Mais on soupçonne que la décision de créer un internat mixte soit avant tout motivée par la volonté d'économiser des postes.

« Ils veulent changer la destination du lieu alors qu'on pouvait aider des gamins à s'intégrer. Il y avait au moins un lieu où ils étaient compris », conclut donc François Cavanna. Devant un public fragile qui prenait ses marques, l'écrivain ne trouve qu'une solution : reprendre son nom à l'établissement qui le porte.

Et de proposer un nom : Nicolas Sarkozy. En effet, seules les formations de CAP resteront, et 35 élèves quitteront le collège. Avec moins d'enseignants... (via Le Monde)