François Hollande à l'écoute d'"une nouvelle ambition culturelle"

Cécile Mazin - 06.03.2014

Edition - Société - François Hollande - Aurélie Filippetti - politique culturelle


Jack Ralite, ancien ministre, a incité plus de 150 personnalités du monde de la culture à prendre position dans un courrier envoyé le 12 février dernier au Président de la République. Ces derniers s'inquiètent de ce que le monde actuel met à mal les politiques culturelles, considérant que le monde bâti depuis les premiers pas de Malraux dans le ministère de la Culture, chancelle. Or, suite à ce courrier, le 24 février dernier, les signataires ont été reçus par François Hollande et la ministre de la Culture. Une réunion qui a donné lieu à un communiqué.

 

 

Meeting François Hollande

jmayrault, CC BY 2.0

 

 

« Par nos engagements culturels, artistiques et citoyens, nous sommes fidèlement attachés à la politique culturelle française que nous entendons voir se développer selon le principe d'invention de la perpétuelle ouverture. Or, nous constatons que cette démarche après avoir marqué le pas connaît notamment par la politique budgétaire de notre pays une situation s'aggravant de jour en jour », notaient les signataires dans leur courrier originel.  

Mais la politique actuelle est marquée par l'idée de « donner au capital humain un traitement économique ». Il y a une exacerbation d'une allégeance dévorante à l'argent. Elle chiffre obsessionnellement, compte autoritairement, alors que les artistes et écrivains déchiffrent et content. Ne tolérons plus que l'esprit des affaires l'emporte sur les affaires de l'esprit.

…/…

L'urgence est de stopper l'agression contre « l'irréductible humain », là où la femme, l'homme trouvent le respect d'eux‐mêmes et le pouvoir de reprendre force contre tous les raidissements normatifs, les coups de pioche, le mépris, l'arrogance

 

 

Dans le cadre du communiqué, la délégation reçue estime avoir pu alerter le chef de l'Etat « sur la nécessité d'inverser la tendance mortifère que constituent les réductions budgétaires, les conséquences de la réforme de la décentralisation et les incertitudes sur l'avenir du régime spécifique d'assurance chômage des intermittents du spectacle ». Soulignant les contradictions qui règnent, elle a réussi à ranger le président à sa cause, sur l'impératif d'« une nouvelle ambition culturelle ». 

 

Il en va de l'image de la France dans le monde, alors que l'action culturelle « représente un facteur déterminant d'attractivité pour tous les territoires ». Il importe que l'ambition française s'exprime « par des arbitrages budgétaires favorables à la poursuite du développement de nos filières, malgré les difficultés des finances publiques. Cette ambition doit aussi conduire l'État à garantir le cadre national de la politique culturelle et la présence de ses services déconcentrés sur les territoires ». 

Mais, dans l'attente d'engagements plus précis et de décisions concrètes, la profession ne doit pas relâcher sa vigilance ni ses exigences. Les organisations professionnelles appellent donc à rester très mobilisés sur ces enjeux de politiques publiques et d'emploi culturel qui engagent l'ensemble de la vie culturelle de la France.

Ont signé le communiqué

ADBGV - Association des Directrices et directeurs de Bibliothèques municipales et de Groupements 

intercommunaux des Villes de France 

AGCCPF - Association générale des Conservateurs des Collections Publiques de France 

CIPAC - Fédération des professionnels de l'art contemporain 

CPDO - Chambre Professionnelle des Directions d'Opéra 

PROFEDIM - Syndicat Professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique 

SNSP - Syndicat National des Scènes publiques 

SYNDEAC - Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles 

SYNOLYR - Syndicat national des orchestres et théâtres lyriques