Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Françoise Nyssen défend “l’exceptionnelle qualité des traducteurs” français

Bartleby - 01.09.2017

Edition - Les maisons - Françoise Nyssen traduction - traduction allemand français - livres allemands traduire


À quelques semaines, désormais, de l’ouverture de la Foire du livre de Francfort, la France affûte ses armes. Invité d’honneur, le pays va déployer ses plus beaux atours, avec un grand programme littéraire. Mais avant les réjouissances allemandes, il y avait un passage obligatoire pour Françoise Nyssen...

 

epic FAil
Faldrian., CC BY SA 2.0
 

 

À l’occasion de la semaine des ambassadeurs, la ministre de la Culture a prononcé un discours pour évoquer... la question de la langue. Ou plutôt celle de la traduction. Et Françoise Nyssen d’évoquer deux langues, celles des mots et celle des arts. 

 

D’un côté, donc, le français, et la francophonie qu’il porte et sa diffusion sur le terrain, « avec les Alliances, les Instituts français, les librairies françaises – n’oublions pas les librairies –, ou encore les établissements scolaires », indique la ministre.

 

Mais la langue, c’est aussi – surtout ? – celle de l’autre, autrement dit, la traduction. Évidemment, pour Françoise Nyssen, il s’agit là d’un sujet primordial, rappelant l’époque où elle était à la direction du groupe éditorial Actes Sud. Elle avait alors cosigné avec Érik Orsenna un ouvrage, Manifeste pour la traduction.

 

Et désormais, c’est en soutenant la mission de traduction et d’extraduction, que la ministre poursuit son œuvre. « Nous devons soutenir la traduction à double sens. [...] Du français vers les langues étrangères, d’une part. Elle est déjà formidablement nourrie. C’est la seconde langue la plus traduite au monde, après l’anglais. [...] Il nous faut aussi développer les traductions dans l’autre sens : des langues étrangères vers le français. »

 

Et incidemment, la ministre de saluer le travail réalisé dans les maisons d’édition, pour favoriser l’accès des lecteurs à des œuvres étrangères. « La France est une terre d’accueil pour les littératures du monde entier. Elle le doit à l’exceptionnelle qualité de ses traducteurs et à leur travail remarquable. » 

 

Auteurs, expos, événements : la France à Francfort dévoile son programme


La phrase semble anecdotique, mais il n’en est en réalité rien : un microséisme a secoué le Landerneau récemment, justement sur la question de la qualité de la traduction. Et plus spécifiquement, des traductions depuis l’allemand – sacrilège alors que Francfort s’approche à grands pas.

 

En effet, à l’occasion d’un déjeuner à l’Élysée, une universitaire manifestement pressée de se distinguer lança à la cantonade que les traductions depuis l’allemand vers le français étaient mauvaises. Gloups. Et que, véritablement, ce n’était plus possible. 

 

L’information a fini par remonter au cabinet de la ministre et le service du livre et de la lecture s’est emparé du sujet. Maintenant que ReLIRE est agonisant, il est vrai que la DGMIC doit s’ennuyer ferme... Avec diligence, le directeur adjoint de la DGMIC s’est donc fendu d’un email pour demander aux éditeurs si les traductions depuis l’allemand étaient mauvaises. 

 

Certains ont dû sourire de cette maladresse. D’autres moins. Et pour cause : remettre en question la qualité de la traduction des œuvres allemandes, sur la seule foi de petites phrases assassines, voilà qui manque sinon de sérieux, du moins de hauteur. Avec un “h” comme dans “alibi” », aurait précisé Desproges. 

 

Ayant essuyé une douloureuse rebuffade, en très bonne et due forme, l'interlocuteur du ministère a fini par opérer un repli stratégique, et proposé une réunion pour parler de traduction, avec les acteurs de l’édition concernés. 



Comment dit-on “perdre une occasion de se taire”, en japonais ?

 

L’affaire en serait restée là, si les éditions Actes Sud, que dirigeait Françoise Nyssen avant d’occuper la rue de Valois, ne figuraient pas... parmi les éditeurs qui vendent le plus en Allemagne de livres français. Et en traduisent également bon nombre depuis l’allemand... On pensera notamment aux Éditions Jacqueline Chambon, éditeur associé au groupe Actes Sud, dont le catalogue issu d’œuvres allemandes fait très belle figure.

La DGMIC aurait voulu s’essuyer les pieds sur l’ex-catalogue de la ministre, elle n’aurait pas mieux fait...

 

Humeur et billets de la rentrée littéraire 2017


Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires