Françoise Nyssen et Actes Sud épinglés pour des travaux sans autorisation

Antoine Oury - 20.06.2018

Edition - Les maisons - Actes Sud travaux - Actes Sud Méjan - Actes Sud Françoise Nyssen


Les éditions Actes Sud ont, pendant plusieurs années, mené des travaux sans autorisation au sein du pôle culturel du Méjan, l'association créée par Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani en 1984. Entre 2010 et le 9 novembre 2017, date de réception d'une demande d'autorisation, des travaux d'extension ont été menés sans que l'avis de la commission de sécurité de la ville d'Arles ne soit pris en compte.


Actes Sud - siège parisien
Devant le siège parisien d'Actes Sud (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

La ministre de la Culture se retrouve dans une position délicate, alors que le Canard Enchaîné révèle que des travaux menés par le groupe d'édition Actes Sud sur son domaine du Méjan ont été réalisés sans l'autorisation de la commission de sécurité de la ville d'Arles. Les premiers travaux d'extension remonteraient à 2010 et, en mai 2011, la commission émet une première alerte sur les conditions.

 

« La commission n’a pas connaissance de procès-verbal d’autorisation de travaux ou de permis de construire concernant la partie établissement recevant du public. La direction n’est pas en mesure de nous présenter ces documents », annonce alors la commission de sécurité.

 

L'absence d'autorisation est d'autant plus étrange que le Méjan, situé dans la vieille ville d’Arles, est classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l'UNESCO. Autant dire que prévenir un architecte des bâtiments de France semblait indispensable... Devant le manque de réactions du groupe Actes Sud, la commission de sécurité émet alors un « avis défavorable à la poursuite de l’exploitation de l’établissement ».

 

Celui-ci n'aura pourtant aucun effet sur la poursuite des travaux, menés pendant 7 ans « sans autorisation », souligne la commission de sécurité. Hasard du calendrier, c'est quelques mois après la nomination de Françoise Nyssen comme ministre que tombe la demande, le 9 novembre 2017. Comme l'indique l'hebdomadaire, une surélévation d'un bâtiment, réalisée en 2013, a aussi été réalisée dans des circonstances particulières, avec une autorisation, mais sans respecter le projet et les délais validés par l'architecte des bâtiments de France...

 

Bien qu'elle ait été au plus près des affaires d'Actes Sud pendant les événements, Françoise Nyssen renvoie la balle à son époux, Jean-Paul Capitani : « N’étant propriétaire que d’une part symbolique de cette société civile immobilière, vous comprendrez que je ne puisse apporter de réponse ou précisions utiles à ce sujet », répond-elle au Canard Enchaîné.

 

Déclaration de patrimoine : trois ministres millionnaires,
en toute transparence

 

Lequel explique que les travaux d'extension concernaient des « réserves et locaux annexes en surface commerciale », pour lesquels aucune autorisation n'était nécessaire, selon lui, promettant malgré tout que les aménagements de sécurité seraient bouclés pour la fin de l'année.

 

Interrogé par l'AFP, le maire PCF d'Arles, Hervé Schiavetti, a assuré qu'il n'y avait eu ni indulgence ni favoritisme vis-à-vis du groupe Actes Sud. « La ville apporte son concours technique et essaie d'être le meilleur conseil. L’acte de la ville, c’est de dire “Mettez-vous en conformité et vous déposerez les demandes, et on pourra régulariser si c'est possible”. »

 




Commentaires

En référence à un "Monde diplomatique" paru l'été dernier,-une page sur la Société Actes-Sud, peu flatteuse pour cette famille au patrimoine immobilier impressionnant- on n'est pas étonné...
Ceux qui fréquentent les bureaux d'Actes Sud savent que les travaux d'agrandissement sont incessants, gigantesques (plusieurs centaines de m2 sur quelques années), réalisés dans des conditions de sécurité très moyennes avec des résultats en matière d'étanchéité et de solidité très très limites. On se demande s'il y a un CHSCT dans cette boutique ! ... et si en plus il n'y avait pas de permis de construire, c'est le bouquet !
Arles est une cité gouvernée par quelques (2) riches familles bourgeoises oeuvrant avec succès dans les industries culturelles. Ces familles agissent en toute impunité, et méprisent totalement le maire, qui l'a bien cherché, comme toute forme de réglementation visant à encadrer leur développement d'ailleurs. Que notre ministre de la culture soit issue de l'une de ces familles est embarrassant, et signe le peu de culture citoyenne du gouvernement Macron.
on dit vraiment n'importe quoi : je n'ai pas lu que des travaux avaient été réalisés sans permis de construire, mais seulement un manque d'information à la commission de sécurité !
Heu... vous savez lire ? Les travaux ont bien été réalisés sans permis de construire, sans autorisation préalable, avec tous les manquements possibles aux règles de l'urbanisme (vous verriez les façades en toc...). Et pour ce qui concerne la sécurité, un petit tour dans les locaux vous ferait partir en courant !

Voir le deuxième article dans le Canard : édifiant :-(
Jean, si cela peut vous rassurer, ceci n'est qu'un petit exemple parmi tant d'autres d'un comportement très répandu chez nos "puissants" qui se considèrent si souvent au dessus de nos lois qui, elles, ne manquent pas d'encadrer fermement les "misérables" que nous sommes. Mais j'enfonce une porte largement ouverte !

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.