Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Françoise Nyssen face aux libraires aux Rencontres nationales de la librairie

Antoine Oury - 26.06.2017

Edition - Librairies - Françoise Nyssen ministre culture - Françoise Nyssen librairie - Rencontres nationales librairie


La ministre de la Culture Françoise Nyssen poursuit ses présentations avec un monde du livre qu'elle connaît déjà très bien. Après avoir rendu visite aux bibliothécaires il y a quelques jours, la ministre était présente à La Rochelle pour un discours aux Rencontres nationales de la librairie. La Charte de bonne conduite signée par Amazon et d'autres plateformes de vente de livres en ligne était attendue, mais d'autres chantiers ont été annoncés par la ministre.


Françoise Nyssen, ministre de la Culture
Françoise Nyssen aux Rencontres nationales de la librairie
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Françoise Nyssen est en terrain connu : pour elle, le président du Syndicat de la Librairie française s'appelle « Matthieu [de Montchalin, NdR] », tout simplement, et elle réserve les quelques minutes avant son discours à une rencontre informelle avec les élus locaux et les responsables du Syndicat de la Librairie française. L'occasion d'évoquer la place et le rôle de la librairie dans le territoire, thème des Rencontres nationales de la librairie, et, déjà, les moyens de les renforcer, en rapprochant par exemple les librairies et les écoles, ou les librairies et les bibliothèques.

À ce titre, Françoise Nyssen a rappelé qu'elle travaillerait en priorité l'éducation artistique et culturelle, avec son collègue ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer. Le fameux Pass Culture d'Emmanuel Macron a d'ailleurs été évoqué : 500 € seraient confiés à des jeunes pour acheter des biens culturels ou assister à des événements, même si cette idée venue d'Italie a été très critiquée là-bas, puisque des jeunes revendaient ces crédits culturels. « Pour l'instant, nous voulons donner ce pass lors du moment symbolique de l'entrée dans la citoyenneté, à l'âge de 18 ans », nous explique la ministre de la Culture.

« Nous allons étudier la manière dont cela a été mis en place en Italie, afin de trouver des modes de financement intelligents et un dispositif adéquat, qui passerait peut-être par un compteur sur le smartphone. Le symbole, c'est de faire du jeune un pilote dans son envie d'aller vers la culture, qui est un écosystème global dans lequel la librairie doit avoir sa place », poursuit Françoise Nyssen. « Mais nous allons nous diriger vers une solution simple, ce qui est le principe de ce gouvernement, d'aller vers une réflexion sur la simplification. »
 

Aborder de front les problèmes des libraires


Sur la grande scène, cette fois, Françoise Nyssen commence bien entendu par saluer la profession dans son ensemble : « Un pays qui lit est un pays éclairé, et un pays éclairé peut se transformer », explique la ministre en se félicitant du choix d'Erik Orsenna comme ambassadeur de la lecture. « La diversité au cœur du modèle français : nous devons la défendre, lutter contre le piratage, et soutenir les économies émergentes du secteur culturel, tant qu'elles sont respectueuses de l'écosystème », poursuit Françoise Nyssen.

Si le ministère de la Culture accueille demain des plateformes de vente de livres en ligne pour la signature d'une Charte de bonne conduite portant notamment sur le prix unique du livre ou la vente de livres d'occasion, l'ombre d'Amazon plane toujours sur le commerce du livre.

Observation, soutien économique et régulation sont les trois leviers que le ministère de la Culture veut actionner pour aider le secteur de la librairie : pour l'observation, une étude GfK sur les pratiques des Français en librairie, qui évoque notamment l'occasion, a permis de tirer des conclusions « qui montrent que ce marché n'explose pas et qu'il reste minoritaire, même si l'achat prémédité sur internet de titres reste préoccupant ».

Françoise Nyssen aux Rencontres nationales de la librairie
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Une étude sur les pratiques d'achats des collectivités pour les manuels scolaires sera dévoilée en septembre prochain.

Pour le soutien économique, une réflexion sera mise en place avec les collectivités pour trouver des moyens de soulager les libraires de plusieurs postes de dépenses, comme les loyers, ou l'incitation à acheter des livres ou manuels scolaires auprès des libraires indépendants par la hausse des seuils de marchés publics. La revitalisation des centres-villes, un des sujets de ses RNL, sera au cœur du plan d'investissement du président Macron et d'Édouard Philippe, assure la ministre de la Culture.
 
Simplification des aides à la librairie et accent mis sur la formation, pour rajeunir la profession, sont également au programme. La régulation du marché « est à renforcer », annonce la ministre, qui prévient toutefois que l'action législative sera limitée par l'Union européenne, notamment : « Mieux vaut privilégier le dialogue interprofessionnel. » À ce titre, le Médiateur du livre, qui reste toujours un poste vacant aujourd'hui après la nomination de Marc Schwartz au cabinet du ministère, sera bientôt nommé, promet Françoise Nyssen.