Françoise Nyssen n'a pas envisagé de démissionner

Nicolas Gary - 27.08.2018

Edition - Justice - Françoise Nyssen travaux - Actes Sud enquête - Code urbanisme travaux


Soutenue par le Premier ministre, Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, est confrontée à un passé qui obscurcit sa fonction. Après avoir été dépossédée des dossiers liés à l’édition, les travaux effectués au siège d’Actes Sud, à Paris, agitent la rentrée. Mais la locataire de la rue de Valois tient bon. 

 

Françoise Nyssen
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Le modèle d’exemplarité voulu par le gouvernement avait été rappelé en fin de semaine dernière : pour Édouard Philippe, les règles étaient simples, et même « extrêmement claires ». Interrogé par l’AFP, il indiquait qu’il se « tiendrai[t] strictement » aux règles édictées. Autrement dit, en cas de mise en examen, la démission sera obligatoire. 

 

Toutefois, lors d’un appel peu après que l’enquête a été ouverte, Édouard Philippe s’est entretenu avec Françoise Nyssen : « Je lui ai redit mon soutien et les règles s’agissant de l’appartenance au gouvernement. »

 

Pour l’heure, une enquête a été ouverte, et une plainte déposée également, suite aux travaux d’aménagement effectués au siège parisien d’Actes Sud. Le Parquet a en effet décidé de s’intéresser à ce dossier dévoilé par le Canard enchaîné, pour vérifier leur conformité avec le Code de l’urbanisme.

 

Interrogé par BFM TV, l’avocat de la société, Me Franck Benalloul, a assuré qu’à l’époque de l’entrée dans les locaux, en 1997, puis lors de la seconde vague de travaux en 2012, rien ne posait de problème. Il évoque « des structures en bois entièrement réversibles, sans aucune emprise sur la structure de l’immeuble ». Et leur position a pu conduire la société Actes Sud à « estimer qu’elle n’avait pas à réaliser et à formuler des demandes d’autorisation, mais de toute bonne foi. D’autant plus que, encore une fois, il s’agissait d’extension d’installations préexistantes ».

 

 

 

Françoise Nyssen, pour sa part, a accordé un entretien au JDD, où elle explique n’avoir « pas songé à démissionner ». En effet, ajoute-t-elle : « L’enquête ne vise pas Françoise Nyssen ministre de la Culture, elle vise une société, Actes Sud. » Une pirouette rhétorique, toutefois, puisqu'à l’époque des faits, elle était présidente du directoire de ladite société. Le jeu des responsabilités, s'il doit faire tomber les dominos, finira donc par arriver à elle.

 

Conflit d'intérêts : “Je prends acte et regrette
un peu”, Françoise Nyssen


Elle aurait par ailleurs reçu l’appui du président de la République, mais selon une multitude de sources concordantes, la situation lui deviendrait pesante au possible.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.