medias

Franglais : l'Académie française rappelle à l'ordre les pouvoirs publics

Antoine Oury - 22.11.2019

Edition - Société - academie francaise franglais - termes anglais langue francaise - developpement franglais


Trop de termes étrangers dans une langue peuvent la menacer, à terme, surtout lorsque les représentants publics usent et abusent d'expressions empruntées. C'est la conclusion de l'Académie française qui intime les pouvoirs publics à agir, en commençant par respecter eux-mêmes le français et à veiller à leurs bons usages de la langue...

Les auteurs refont Mai 68 à Angoulême
Dessin de Morvandiau (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


La présidence d'Emmanuel Macron a été marquée, dès les premiers mois, par des expressions utilisant des termes souvent empruntés au vocabulaire de l'entreprise, à l'image du fameux « start-up nation » que le président alors candidat avait prononcé. 

En octobre 2018, le président de la République avait même prononcé un discours émaillé de franglais juste avant de se rendre... au 17e Sommet de la francophonie. Ces expressions n'étaient pas passées inaperçues, alors que l'avenir de la langue française et de ses locuteurs devait être abordé peu après.




Le rappel signifié par l'Académie française dans un communiqué semble donc s'adresser, notamment, au chef de l'État, mais aussi à l'ensemble des pouvoirs publics. L'Académie se dit ainsi « gravement préoccupée par le développement du franglais. Les violations répétées de la loi Toubon, qui a posé les règles de l’emploi du français dans la sphère publique, dénaturent notre langue, autant par l’invasion des termes anglo-saxons que par la détérioration qu’ils entraînent de sa syntaxe ».

Cette loi Toubon, adoptée en juillet 1994, vise à l'enrichissement de la langue, mais impose aussi une obligation d'utiliser des termes français aux personnes morales de droit public (autrement dit, les administrations) et les personnes de droit privé dans l'exercice d'une mission de service public (élus, fonctionnaires et autres). Ainsi, elle s'applique bien au président, comme aux membres du gouvernement et autres ministères.
 
Aussi, l'institution « alerte solennellement les pouvoirs publics et les invite en premier lieu à respecter eux-mêmes la loi », peut-on lire dans le communiqué. « Si ceux-ci ne réagissent pas vigoureusement, si l’opinion ne prend pas la mesure du danger qui le menace, le français cessera d’être la langue vivante et populaire que nous aimons », termine l'institution...


Commentaires
Tenons sur la Meuse...

Meuse = la langue



« On peut accepter évidemment une certaine quantité d'anglicismes mais un ruissellement normal et non un déluge qui engloutit de plus en plus la langue française...et d'autres idiomes. »

NAUWELAERS
Le fait de de devoir publier son adresse électronique avant de mettre un message me fait penser à ceci. Dans Narnia, il y avait le chef de la police secrète : Maugrim. J'ai un peu perdu le fil de la discussion. Je pense que le printemps reviendra. Nos ennemis son sournois. C'est même indécent ( si il y a un meilleur mot (peut-être cynique). Je pense que des français de souche qui promeuvent un franglais – effronté – sont mal dans leur tête. Esprit divisé ? blank stare Nous somme presque dans une situation où il faut défendre son identité. Regardez les Irlandais, ils sont Irlandais mais ne parle quasiment plus irlandais (L'anglais prédomine). Ç'aurait été la seule langue celtique d'État...vivante.
Morille, c'est quoi ce charabia incompréhensible ?

Ou c'est une blague ?

CHRISTIAN NAUWELAERS
De quoi parlez-vous ? Vous n’avez pas vu le film Narnia ?

Pour que vous sachiez, printemps fait référence à une post-situation en France. Comparée au pays de la sorcière blanche, dans Narnia où il y a un hiver qui dure depuis cent ans. Dans ce film, le printemps revient et c’est la fin de la sorcière blanche.



«indécent» : voyez le niveau de langue ce certains réalisateurs Français de vidéo de YouTube : (

Voyez par vous-même la situation de la France : |



Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire magique



Cordialement.
Bonjour à tous, inclus celles et ceux qui commentèrent, il y a un an (grands dieux déjà!), ce texte de Monsieur Oury. Texte et commentaires qui restent, hélas, d'actualité...ou pire.



Les langues "établies"(?) ne sont pas comparables à l'huile qui, elle, surnage quand on prétend la mélanger à l'eau. Elles sont souples, tolérantes, dynamiques et ne rechignent pas à s'acoquiner avec n'importe quel idiome qui leur soit utile. Les langues, tout d'abord, sont humaines, des inventions à nous. Et, comme telles, elles sont le produit de rencontres - fortuites ou non - (ou d'impositions, acceptées ou non) avec d'autres humains. Il n'existe plus, aujourd'hui, ni "race pure" ni "langue pure". Les langues ont des moeurs légères et leur descendance est bâtarde!



Apparemment, tout un chacun a ce qu'il appelle "sa langue". Certains en sont fiers ou honteux. D'autres en disent: "C'est ma patrie" ou "c'est mon âme". Paroles d'exilés mobiles ou immobiles?



Je suis né dans un pays trilingue; ma mère parlait une langue ouralo-altaïque; ma langue "maternelle"(!) est le français; ma langue "quotidienne" est l'espagnol d'Amérique centrale (envahi par l'anglais des USA).

J'ai vécu si longtemps là-bas que j'en perds "mon" français; je le constate avec horreur, je vous le jure!

D'où mon bonheur d'avoir connu ActuaLitté qui me permet de commenter, parfois, dans "ma" langue si belle, le français. J'essaie d'écrire le mieux possible, conseillé par mes "livres sacrés", des dictionnaires de tous poils. Gare aux erreurs, témoins de ma regrettable "désalphabétisation" du français. Et merci aux personnes qui me corrigent, comme Monsieur Nauwelars.



Tout cela pour vous exprimer combien je déteste l'intrusion quasi systématique de l'anglais dans le français comme si celui-ci souffrait d'une hémorragie lexicale qui le laisserait à court! En ai marre de me plonger dans mes dicos anglais-français ou espagnol-anglais quand, d'un texte, je ne pige que dalle. j'ai parfois l'impression d'être plus bête que je ne suis!
Un grand merci à Jujube pour son message du 17 octobre.

Je partage son amour de la langue française qui est une amoureuse généreuse et prodigue de ses charmes capiteux !

Tous ses aficionados sont solidaires, sans nulle trace de jalousie entre eux, les dévots de notre langue française.

Et l'expérience trilingue de Jujube est très intéressante mais je note que le français est sa langue préférée des trois !

Ici en Belgique on se doit d'être bilingue français-néerlandais d'abord et ensuite, du temps lointain de ma scolarité, nous avons eu droit, outre le néerlandais, aux cours d'anglais -ça a «matché» immédiatement...un petit anglicisme ici, si je peux ! -et d'allemand (tout s'est effacé dans ma tête en revanche quant à cet idiome).

On a souvent constaté la passion sans borne(s) que vouent à notre langue des gens venus d'ailleurs et des étrangers, malgré les difficultés inhérentes à son apprentissage.

Je fais références à celles et ceux dont elle n'est pas la langue maternelle...et aux autres également d'ailleurs.

Elle est comme une très jolie femme dont on ne peut que tomber amoureux (...on voudra bien accepter cette métaphore pour les très nombreuses amatrices du français bien entendu !)mais qu'on ne peut conquérir qu'en se donnant beaucoup de mal.

Cioran n'a jamais demandé la nationalité française alors qu'en dépit de ses origines roumaines, il écrivait directement en français.

Et il a fameusement écrit:

«On n'habite pas un pays, on habite une langue.

La patrie, c'est cela et rien d'autre.»

Et une des plus magnifiques déclarations d'amour au français qui soient est due à notre très cher Rital disparu: François Cavanna !

Le thème des Ritals et de l'immigration italienne -avez-vous remarqué ?- n'est quasi plus jamais évoqué au présent, mais seulement lors de rares évocations historiques.

Enfin pour en revenir à l'inoubliable écrivain et journaliste aux bacchantes impressionnantes -une très grande figure de la vie à la fois populaire et intellectuelle française - il a donc écrit son cri d'amour vibrantissime, intense et par endroits douloureux à notre langue dans un essai qui m'a laissé comme deux ronds de flan.

Une splendeur, un livre-culte pour l'auteur de ces lignes.

Cela s'appelle «Mignonne, allons voir si la rose...» (Albin Michel, première édition 1989).

Cavanna y envisage la langue sous toutes ses coutures, son histoire, et les avanies que certains lui faisaient déjà subir en ces temps déjà lointains.

Et il lui adresse une ode fervente et brûlante, lyrique, idéaliste, à bride abattue, précisant qu'il «se ferait hacher menu pour elle» !

Autre chose que les dissections des linguistes qui ressemblent à ces intellectuels qui peuvent analyser de façon experte l'anatomie d'une bouche mais qui ne voient plus le sourire.

Recommandé à tout passionné de langue française et de belle littérature -même s'il s'agit d'un essai, non d'un roman -de haute volée.

CHRISTIAN NAUWELAERS
À NAUWELAERS



Je suis désolé j'ai été un peu incohérent :| . En tout cas je propose une idée d pseudonyme qui m'est venue pour publier des messages : Évents de baleines. Franco.
À Marie ;



D'après le Lexis (Larousse 1975), « opportunité n.f (1220).

1. Toutes s'interrogeaient [...] »



«opportun,e [...] adj. (lat. opportunus ; 1355). Se dit de qui vient à propos »



Je ne pense pas que ce soit un mot d'origine anglaise d'après cette source bon après il y le le Robert édition 1972 :



1. «opportun,une [...] adj. (1355 ; lat opportunus, rad. portus, proprem. «qui conduit au port » ). Qui convient dans un cas »



2. «opportunité [...] n. f. (1220; lat opportunitas). Caractère de ce qui [...] »



C'est mitigé https://fr.wiktionary.org/wiki/opportunité
Il y a une véritable escroquerie intellectuelle à présenter comme une révélation,comme certains,que «le français a toujours emprunté de nombreux mots étrangers» (ce que nul ne nie,mais on enfonce une porte ouverte en faisant croire qu'on mettrait au jour une vérité occultée -tricherie)et que «l'anglais comporte de nombreux mots français»- même remarque,c'est un fait qui n'est inconnu que de ceux qui ne connaissent pas l'anglais et qui ne dédouane pas l'anglicisation avérée de notre langage.

Ce qu'il faut admettre: lorsque l'on remplace systématiquement les mots français tout à fait utilisables et compréhensibles par des (plus ou moins) équivalents anglais, il ne s'agit plus d'un enrichissement de la langue mais d'une substitution, d'un effacement du français non enrichi mais affaibli.

Je ne vois pas pourquoi «burn-out» a tué le mot «surmenage»...

Parfois une évolution inverse survient: on parle maintenant de seul-en-scène là où naguère on ne connaissait que le one man show (que certains employaient même pour des femmes,féministes on vous attend ! Non c'est de la distraction ou de l'ignorance !).

Enfin le mélange de l'anglais et du français peut être ravissant si nimbé d'une dimension et d'une aura artistiques.

«For for me formidable»,chantait Aznavour (fou de notre langue française) !

C'est sûrement ce que pensait de sa chérie Nat "King" Cole: «Darling Je Vous Aime Beaucoup» !

Et une des premières publicités bilingues,qui nous ramène au coeur des Trente Glorieuses: «Sch...(publicité non payée), le drink des gens distingués» !

Aujourd'hui la même boisson pétillante que j'aime savourer s'est soumise au tout-anglais pour ses slogans et c'est une démarche bêtement standardisée et conformiste, branchouille.

Le contraire d'un «repli identitaire» (une simple et légitime spécificité française)peut être si souvent, une soumission grégaire et aveugle à la langue des affaires et de la technologie.

Un progrès ?

Chacune et chacun en jugera !

CHRISTIAN NAUWELAERS
On disait :" un poids et deux mesures "

Actuellement des ministres utilisent :" Deux poids ,deux mesures"

Ce qui est totalent différent dans le fond et dans la forme à mon sens

Quel est donc votre avis officiel ?... Merci pour le français-français...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.