Fred Vargas reste convaincue de l'innocence de Cesare Battisti

Nicolas Gary - 30.03.2019

Edition - Société - Fred Vargas - Cesare Battisti - Italie années plomb


Dans son livre de mai 2004, La vérité sur Cesare Battisti, la romancière et chercheuse Fred Vargas proposait à chacun de se faire une idée, avançant « la seule présentation des faits et loin de toute logique partisane ». Au regard des aveux formulés par l’Italien devant le procureur de Milan, l’auteure maintient ses conclusions. A plus forte raison. 


L'embuscade de la Via Fani (16 mars 1978) - photo d’illustration, domaine public (voir Wikipedia)
 

Dans un entretien accordé à l’AFP, Fred Vargas persiste et signe : elle comptait dans les années 2000 parmi les soutiens affirmés à l’activiste italien, réfugié en France pour fuir le procès pour terrorisme qui lui avait été intenté. Il fut alors condamné par contumace. Ayant toujours clamé son innocence, Battisti a pourtant jeté un sucre dans le caffé ristretto.

En début de semaine, le procureur de Milan a en effet relaté son interrogatoire, et rapportant les propos de l’inculpé, affirmait que Battisti reconnaissait sa culpabilité dans quatre meurtres. « Je suis conscient du mal que j’ai causé et souhaite présenter mes excuses aux familles des victimes », aurait-il ajouté.

Des révélations troublantes, après quarante années de fuite, durant lesquelles il n’admit jamais sa responsabilité pour les crimes perpétrés dans les années 70 — restées dans l’histoire d’Italie comme les années de plomb. 
 

Fred Vargas avance les faits et les preuves


« Je suis absolument contre toute violence. Je ne l’aurais jamais défendu si j’avais pensé qu’il avait tué quelqu’un. On me prend pour une idiote, une crédule, mas je ne me suis pas fait berner », indique ainsi la romancière dans une interview.

Et de rappeler : « Je n’ai pas clamé son innocence en me basant sur une conviction, mais sur des recherches scientifiques. Je suis chercheur à la base, avant d’être écrivain. Et je maintiens mes conclusions. » On se souviendra notamment de sa venue sur le plateau de Thierry Ardisson, et la défense qu’elle avait menée pour montrer l’innocence de Battisti. Elle se positionnait alors comme chercheuse au CNRS : 
 


Comment expliquer alors ce revirement ? Pour Fred Vargas, pas question de dire que Battisti ment, « mais moi je garde ma conclusion ». 

C’est en 1977 que Battisti entra dans l’un de ces groupes armés d’extrême gauche, les Prolétaires Armés pour le Communisme. Le pays vivait alors une guerre civile, débutée en 1969, et qui ne prendra fin qu’en 1989. 

Dans son ouvrage, Vargas exposait une série d’événements, mettant au jour les exactions commises par le ministre de la Défense, qui à l’époque finança des campements paramilitaires fascistes. Il intervenait d’ailleurs peu de temps après qu’en février 2004, une demande d’extradition a été demandée. 

Le contexte en France était alors sensible, et on l’avait alors accusée de livrer une sorte d’essai militant. On peut à ce titre réécouter l’émission Affaires sensibles de Christophe Barreyre, en septembre 2015, pour prendre toute la mesure ce que qui s’est joué.
 

Un procès à reprendre ?


Dans la presse italienne, Vargas insiste : « Ses déclarations [de Battisti, Ndlr] ne me blessent pas, elles me laissent indifférente. Il est possible qu’il ait ses motivations, ses raisons, je le laisse libre de dire ce qu’il a choisi de dire. » D’autant plus que l’Italie « est le seul pays au monde où la justice refuse de rouvrir le procès d’un homme condamné par contumace. Normalement, il devrait être rejugé, mais l’Italie ne veut pas en entendre parler ». (via Il quotidiano)

L’éditrice Joëlle Losfeld, qui avait publié les ouvrages de Battisti, estime pour sa part que c’est la stratégie de défense qui a changé, sur les conseils de son avocat. Elle évoque aussi les vices de forme dans le procès, que Vargas pointait dans son livre. Et sans oublier les actions de Battisti, elle précise que la France n’a jamais ignoré qu’il s’agissait d’un criminel.

Toutefois, « il a reconstruit sa vie en France, et n’a plus jamais commis de crimes. Il s’est conformé aux exigences de comportement de la doctrine Mitterrand, c’est à dire abandonner la violence et vivre tranquillement ». Et de conclure : « Nous l’avons défendu non parce que nous approuvions ses crimes, mais parce que la France s’était engagée. »

À ce jour, elle assure ne pas avoir changé d’avis le concernant, « et je reste son amie », assure-t-elle au Corriere.

De l’autre côté des Alpes, le ministre de l’Intérieur, sorte de Donald Trump italien, mais également vice-président du Conseil et chef de la Lega Nord, le parti d’extrême-droite, fustige les défenseurs de Battisti, depuis les aveux de ce dernier.

« J’attends aussi des excuses de ces pseudo-intellectuels de gauche qui, durant tant d’années, l’ont couvert, défendu et cajolé », indique-t-il. Parmi ses cibles, on peut deviner les noms de Daniel Pennac, Erri de Luca, Stéphane Hessel et bien d’autres.
 


Commentaires
L'éditrice du Seuil est très admirative du livre de Battisti et en fait un éloge appuyé. La parution est repoussée, pas annulée! Je crois que c'est une sage décision car une parution en ce moment pourrait le desservir. Vous savez à quel point cela serait nauséeux! Et qui sait? peut-être cela pourrait-il nuire à Battisti qui, clairement, a des motifs importants de se comporter comme il le fait actuellement. Il a ses raisons, espérons qu'il est bien conseillé par son avocat. J'attends son livre avec impatience!!! Soutien à Battisti et Vargas!!!!
Il est très bien conseillé par son avocat. La preuve: il a avoué les meurtres.
On peut être un bon écrivain et avoir été un criminel , même repenti.Il faut accepter des fois qu'on s'est trompé. Même les chercheurs se trompent, voient la réalité comme ils voudraient qu'elle soit. ce ne sera ni la première ni la dernière fois.



En ce qui me concerne, j'étais une lectrice de Fred Vargas jusqu'au 24 mai 2014, 15h précises, au moment où j'ai écouté les infos à la radio. J'étais jusque là, chez moi, plongée dans la lecture d'un de ses romans, une histoire de pieds coupés, sanguinolents, à Londres. A 15h, j'ai écouté les infos et l'annonce de l'attentat au musée juif de bruxelles, à 10 minutes de chez moi. L'horreur. Il 'a été impossible de terminer ce livre ni les autres de cet auteur que j'aimais jusque là. Sa parole, sa bonne fois est biaisée par le travail sur la fiction.
j'ignorais que Fred Vargas était impliquée dans l'attentat de Bruxelle!!!!!!
Merci à Julia du Seuil

Mais quel est le souhait de l'intéressé sur le sujet?
Alors, cet homme reconnaît et regrette ses crimes, des crimes déjà jugés et condamnés par la justice d'un pays démocratique, et l'on continue à s'aveugler, à discuter autour d'une tasse de thé... Que ceux qui l'ont soutenu, à commencer par les auteurs de roman, reconnaissent leur erreur, similaire à celle des intellectuels qui ont défendu Staline. Pourquoi une telle obstination, face aux faits ? Et qu'on laisse tranquille Soljenitsyne, qui n'a pas commis un seul meurtre.
Texte hallucinant et complètement idéologique. Des articles publiés quelques jours auparavant rappellent les erreurs et biais du livre de 2004 de Vargas qui n'est qu'une grossière manipulation. Les éléments factuels des procès ne sont pas rapportés. Le fait que l'Italie gauche et droite confondue (à quelques exceptions près) soit furieuse contre la France est occulté pour laisser l'idée qu'il s'agit d'une incarcération politique. C'est une projection, car c'est l'inverse qui est vrai : il faut être un idéologue enragé pour demeurer aveugle. C'est de la folie furieuse et indigne de gens civilisés. Ecrire "A plus forte raison" en début d'article n'est pas seulement une formule creuse, c'est la manifestation d'une confusion totale qui ignore la raison, les arguments, les faits.



Quant à Vargasse, le simple fait de déclarer que son livre est d'ordre scientifique, et donc de se réclamer pour cela de sa qualité d'archéozoologue, est un signe d'incompétence grave, qui ne connaît pas les limites de son domaine d'expertise. Rien que ça constitue une erreur appelé "argument d'autorité".



Finalement, ce site est négationniste et cherche avec des contorsions scandaleuses à minorer des participations à des crimes horribles, pour des motifs politiques délirants. Ben dis donc. Le titre est "ActuaLitté - les univers du livre". Il faudrait peut-être changer et annoncer la couleur sans plus de honte que de scrupule : "ActuaLitté - les univers du petit livre rouge".
Dommage que Vargas (voir vidéo dans l'article) n'ait pas continuer l'accordéon. Cela lui aurait remis les idées en place,- parole d'accordéoniste-, et l'aurait aider à s'éloigner de ces forces du mal. Sa prise de position est nauséabonde
Pourquoi cet écrivain extraordinaire qui sait mieux que quiconque conduire une enquête ne serait-elle pas dans le vrai? Le nouveau cas Battisti a surgi il y a peu, alors que je lisais : "Salutations révolutionnaires" de Sophie Bonnet, consacré à ses longues conversations avec un autre "terroriste révolutionnaire", Carlos...L'idée m'était venue que des entretiens avec Battisti permettraient d'y voir peut-être plus clair...Mais Fred Vargas tient la route!...
et bien entendu personne ne se pose de question sur ces "confessions spontanees" de Battisti reprises par des perroquets de toutes sortes.

Pourquoi dans ces conditions ne pas lui refaire un vrai proces a charge et a decharge. C'est sans doute le seul moyen d'y voir clair. En tout etat de cause le travail d'investigation mené par Fred Vargas

devrait inciter tout un chacun à raisonner avec un peu de sang froid,car in fine ce pauvre Battisti est un bouc emissaire un peu trop commode a charger.
des fantoches fachos ont obtenus des aveux de Cesare?

Déjà c'est pas sur que celà soit vrai. Sous quelles pressions? en promesse de quoi? (un allègement de peine pour repenti).

Honte à l'Italie car les assassins de Bologne eux sont tous en liberté!

Honte au Seuil qui n'aurait pas édité Soljenitsyne quand il était accusé de crimes divers et variés???????
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.