Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Frédéric Mitterrand fait le bilan de ses actions en faveur du livre

Clément Solym - 21.03.2012

Edition - Librairies - mitterrand - discours - librairie


Avant que le Salon du Livre de Paris ne referme ses portes, le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, est venu prononcer un discours en forme de bilan de ses actions en faveur du livre depuis son arrivé au ministère.

 

Le ministre a parlé de ses réussites, ainsi de la loi sur le prix unique étendue au livre numérique ou encore à la « loi sur les livres indisponibles remarquablement portée au Parlement par Hervé Gaymard dont on connait l'engagement pour le livre. Le droit d'auteur est assez flexible pour s'adapter à internet et les dispositifs existent désormais pour que les ayants droit gardent la maîtrise de leur contenu dans cet univers de l'accès global », a ainsi précisé F. Mitterrand.

 

Mais ce discours fut surtout l'occasion de présenter les conclusions du rapport « Soutenir la librairie » qui doit faire face à une concurrence accrue depuis le développement, sur Internet, d'acteurs majeurs de la vente en ligne venus s'attaquer au marché du livre.

 

Pour répondre, le ministre entend tout d'abord augmenter les fonds d'accompagnement aux libraires, avec l'appui du Centre national du Livre. Mais, la réponse à l'attaque des géants de la vente en ligne ne peut se faire, pour le ministre, que si l'on interdit la gratuité des frais de ports sur le livre. Tant qu'Amazon pratiquera ce qui n'est autre qu'une remise en cause du prix unique du livre, la lutte restera inégale.

 

Et de préciser que : « La mission s'interroge également sur l'effectivité de la loi de 1981 sur le prix du livre. Elle propose à cet égard d'interdire aux acteurs de la vente en ligne d'intégrer le montant des frais de port dans le prix public de vente des livres. Cela constitue actuellement une source de distorsion de concurrence importante pour les réseaux de vente physique des livres, et ne me semble pas totalement conforme aux principes inscrits dans la loi du 10 août 1981. Les libraires français ont été forcés de s'aligner sur une pratique issue des grands acteurs de l'internet et qui s'apparente au dumping. Ainsi, le prix du livre redeviendrait-t-il véritablement le même pour tous, quel que soit le réseau par lequel on se le procure. Il s'agit d'une proposition audacieuse, mais qui me paraît absolument nécessaire et que je souhaite expertiser précisément. »

 

Le problème se double de sociétés qui, souvent, ne sont pas basées fiscalement sur le sol français et donc ne sont pas assujetties aux mêmes impôts, ce qui fausse totalement la concurrence. Sans proposer de mesures concrètes à ce niveau, la mission lancée par le ministre s'interroge sur les moyens qu'il faut donner aux organismes d'Etat chargés de la fiscalité. Il n'y a pas de raison que les grands acteurs du commerce en ligne échappent à toute forme d'imposition et qu'ils ne participent pas, non plus, au soutien financier nécessaire à toute création.