Frédéric Mitterrand renouvelle son soutien aux archives

Clément Solym - 13.10.2010

Edition - Bibliothèques - archives - france - mitterrand


Pour Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, les archives ont, en France, une place qu’il ne faut pas négliger. Devant le Conseil Supérieur des Archives, qui réunit des élus, des historiens, des conservateurs et des représentants des personnels des Archives de France, le ministre a détaillé le plan mis en place dans l’hexagone pour les prochaines années.

Deux projets importants vont voir le jour dans les années à venir. Sur le site de Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), c’est un espace de conservation dernier cri qui sera opérationnel à partir de 2013 pour un coût de 244 millions d’euros.


En parallèle, la restructuration de la Maison de l’Histoire de France est aussi programmée sur le site de Rohan-Soubise (sur le site parisien des Archives Nationales, aux côtés des Archives Nationales) avec une ouverture prévue en 2015. Cette dernière ne comportera pas moins de 10 000 m2. Il va donc falloir s’entendre sur les objets et documents qui y seront exposés.

Dans une situation de restriction budgétaire, Frédéric Mitterrand a tenu à montrer qu’il s’était battu pour que les archives ne soient pas la dernière roue du carrosse. Il annonce ainsi un doublement du budget de fonctionnement des Archives nationales, qui passerait de 4 à 8 millions d’euros. L’effectif des archivistes devrait s’établir à 515 agents.

Les archives départementales vont également voir augmenter fortement leurs dotations, passant de 3 à 15 millions d’euros. Le ministre souhaite également que l’on réétudie la législation encadrant la réutilisation des archives publiques. Enfin, M. Mitterrand a fait part de la candidature de la France pour accueillir et organiser le Congrès International des Archives de 2016.

Du côté de l’Association des archivistes français, on s’inquiète cependant du « caractère précipité » de l’annonce par Nicolas Sarkozy (le 12 septembre 2010) de sa décision « d’implanter la ‘Maison de l’histoire de France’ dans le quartier du Marais, sur le site parisien des Archives nationales », peut-on lire dans un communiqué en date du 8 octobre 2010.

L’association craint fortement la remise « en question près de dix ans d’efforts collectifs et de travail de réflexion sur l’avenir de leur institution. Comment pourrait-on imposer un projet aussi peu finalisé que la maison d’histoire de France au détriment de la dynamique puissante que connaissent enfin les Archives nationales trop longtemps négligées ? » s’indigne-t-elle dans ce même communiqué.

Face aux dernières déclarations du ministre de la Culture et de la Communication sur l’augmentation du budget accordé aux archives, l’association estime bien sûr positivement cette démarche mais elle souhaite aussi que « les Archives nationales puissent avoir un rôle prépondérant dans le pilotage de la réflexion qui précisera les contours du projet de Maison de l’histoire de France. »