French Pulp éditions placé en redressement judiciaire

Nicolas Gary - 24.07.2020

Edition - Justice - éditions French Pulp - redressement judiciaire éditeur - Nathalie Carpentier


En décembre 2019, un vent de folie soufflait sur la maison fondée par Nathalie Carpentier, French Pulp éditions. Auteurs, prestataires, salariés : ActuaLitté collectait un nombre effarant de témoignages attestant de dysfonctionnements au sein de l’entreprise. Et autant d’impayés, tant en salaires qu’en prestations, allant des graphistes aux imprimeurs. 


 

« Imprimeurs, maquettistes, graphistes, correcteurs, attachés de presse externes : tout cela semble avoir obéi à une logique toujours identique. Trouver de nouveaux partenaires, et “planter” les anciens », nous assurait-on, dans le cadre d’une enquête où Nathalie Carpentier refusait de répondre.

La suite devenait croquignolesque : trois salariés portaient devant le tribunal prud’homal leur situation, réclamant des paiements en retard, depuis le mois de novembre 2019. Le jour même, le président du tribunal condamnait la société à s’acquitter des salaires dus. Cependant, aucun versement n’a encore été effectué, apprend ActuaLitté. 
 

Date de cessation de paiement : février 2019


Dans un acte désespéré, il semblerait que la gérante de l’entreprise ait tenté de contacter le ministère de la Culture pour faire entendre sa cause. L’ancienne médiatrice, devenue cheffe de cabinet de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, a cependant considéré qu’il s’agissait d’une affaire privée. Et, selon nos informations, renvoyait l’intéressée vers la DGCCRF, pour plus de renseignements.

Or, voici que le tribunal de commerce de Paris a prononcé ce 23 juillet « l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire » avec le 7 février 2019 (si, si, 2019) comme date de cessation de paiement. Une période d’observation de l’entreprise a été définie jusqu’au 23 janvier 2021 — les mandataires ayant été nommés, les demandes de créances sont à leur présenter dans les deux mois suivant la publication au bodacc. 

Toutefois, en regard de la situation, le redressement pourrait se changer en liquidation judiciaire, en vertu des éléments du dossier
 

Et pendant ce temps...


Toujours selon les informations de ActuaLitté, un différend oppose par ailleurs la gérante de la maison French Pulp à plusieurs autres structures. Un soldeur aurait en effet été contraint de recourir à une mise en demeure pour obtenir le stock de marchandise que l’éditeur devait lui fournir. 

De l’autre, et non des moindres, c’est Interforum, précédemment diffuseur/distributeur de la société qui réclame près de 25.000 € d’impayés dans le cadre d’un accord de résiliation anticipée de contrats. Ce dernier avait été officialisé début février, avec un retour des ouvrages fixé au 15 mars pour les libraires. Là encore, une mise en demeure a été adressée à Nathalie Carpentier. 

Entre temps, ce 3 juillet, un jugement du tribunal judiciaire de Paris a condamné la gérante et sa société dans le cadre d’une procédure qui l’opposait à deux auteurs. 


photo : Nathalie Carpentier, DR


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.