Gabriel Garcia Marquez : un nouveau billet colombien à l'effigie de l'auteur

Orianne Vialo - 22.08.2016

Edition - Société - Gabriel Garcia Marquez billet - Gabriel Garcia Marquez colombie billet - Gabriel Garcia Marquez effigie billet


Le 19 août dernier, la banque centrale de Colombie a mis son nouveau billet de 50.000 pesos (environ 15 €) en circulation dans le pays, ornée du visage de l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature en 1982.

 

Le recto du nouveau billet de 50.000 pesos

 

 

« Ils ont été mis en circulation à partir de 10 h du matin (15 h GMT) à Aracataca et à partir de maintenant, partout en Colombie » annonçait José Dario Uribe, le directeur général de la Banque de la République dans un communiqué. La cérémonie de lancement du nouveau billet s’est déroulée vendredi après-midi dans la ville caribéenne de Santa Marta, à environ 80 km d’Aracataca.

 

Il s’agit du village natal de Gabriel Garcia Marquez, situé dans le nord de la Colombie, et qui a inspiré le village fictif de son roman Cent ans de solitude (trad. Carmen Durand aux éditions du Seuil, 1968), qui est le plus grand succès commercial de l’auteur à l’époque où il paraît. Selon la critique, il s’agit d’un véritable chef-d’œuvre, qui se retrouve souvent classé parmi les plus grands romans du XXe siècle.

 

« La figure principale au recto du billet de 50.000 pesos est Gabriel Garcia Marquez […] pour rendre hommage à un personnage qui a porté très loin le nom de la Colombie depuis le milieu du siècle dernier » poursuit José Dario Uribe. Le nouveau billet mesure 148 mm de largeur, et 66 mm de hauteur.  

 

Gabriel Garcia Marquez, associé au courant artistique du "réalisme magique"

 

L’auteur Gabriel Garcia Marquez est né le 6 mars 1947 à Aracataca (Colombie). Ce sont ses grands-parents qui permettent à l’enfant de développer son imaginaire, à grand renfort d’histoires surnaturelles et de récits de fantômes. Il écrit ses premiers poèmes, des fadaises, qui sont des poèmes humoristiques sur ses camarades de classe ou sur le règlement de l’école en 1939, alors qu’il étudie au collège San José, dans la ville de Barranquilla. Il contribue aussi à l’écriture du journal de l’école avec ses vers.  

 

Il poursuit son cursus scolaire au lycée national de garçons à Zipaquira, et un de ses poèmes, Canción (chanson) est publié en décembre 1944 par le quotidien national El Tiempo. Il s’inscrit par la suite à l’université nationale de Colombie pour y étudier le droit. À cette période, il écrit sa première nouvelle, La Troisième Résignation, publiée dans le quotidien colombien El Espectador en septembre 1947. Il part alors à Carthagène pour y faire sa deuxième année de droit. Là, il entame sa carrière de journaliste chez El Universal et rédige son premier roman en 1948, sous le titre La Casa

 

verso du billet

 

 

Parmi les oeuvres notables de l'auteur, l'on retrouve La Hojarasca (trad. française de Claude Couffon aux éditions Grasset en 1983 sous le titre Des feuilles dans la bourrasque), El otoño del patriarca (trad. française de Claude Couffon aux éditions Grasset en 1976, sous le titre L'Automne du Patriarche) ou encore El amor en los tiempos del cólera (trad. française d'Annie Morvan aux éditions Grasset sous le titre L'Amour aux temps du choléra). 

 

Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez est souvent associé au réalisme magique, car il y insère des éléments magiques et des motifs surnaturels dans des situations se rattachant à un cadre historique bien qui relèvent du réel.