Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Gabriel Liiceanu ne cautionne pas le président de l'Institut culturel roumain

Cécile Mazin - 19.03.2013

Edition - Société - Salon du livre de Paris - auteurs roumains - institut culturel roumain


Ils étaient deux à avoir annoncé qu'ils ne prendraient finalement pas part aux réjouissances du Salon du livre de Paris. Mircea Cartarescu, le premier, a promis qu'il donnerait des nouvelles quand le Salon serait commencé. L'autre, Andrei Plesu, a invoqué des raisons personnelles dont il ne souhaitait pas faire part. Eh bien, c'est un troisième auteur roumain qui s'est hier désisté, Gabriel Liiceanu. 

 

 

Gabriel Licceanu

 

 

Selon les informations données par Adevarul, la manifestation devra donc se passer de l'auteur, qui comptait parmi les invités d'honneur, la Roumanie ayant profité du coup d'éclairage de cette année. Gabriel Liiceanu a tout simplement décidé de faire front commun avec d'autres auteurs, puisqu'avec lui, Neagu Djuvara et Buzura Augustin ont également décidé de ne plus figurer parmi les auteurs invités.

 

Critique à l'égard de l'institution, Andrei Plesu s'est fendu d'un petit commentaire assassin, considérant qu'il est « immoral », selon lui, de laisser la programmation au seul Institut culturel roumain. Pour lui, c'est une démonstration navrante que la Roumanie manque d'être « à la hauteur de ses aspirations et des opportunités qu'on lui offre ». 

 

Des critiques tout aussi sévères que celles envoyées par Gabriel Liceanu : les deux auteurs ont largement dénoncé le comportement du président de l'Institut, Andrei Marga, qui n'a pas été capable d'assurer la fuite amorcée par Cartarescu. 

 

Pour Liiceanu, les écrivains de la sélection, telle que les organisateurs l'ont réalisée, reflètent, en fin de compte, les enjeux personnels et les répercussions politiques actuelles que l'ICR peut affronter. Et à ce titre, aucun des trois écrivains ne souhaite être manipulé par le nouveau président de l'ICR. 

 

Depuis la Roumanie, l'établissement a expliqué que pour répondre à l'enjeu de cette manifestation, qui couvre tous les champs littéraires, il lui semblait naturel de présenter un aperçu le plus complet possible des lettres roumaines, et d'honorer la culture nationale. 

 

Notons que l'actuel directeur de l'ICR doit rendre hommage aux précédents directeurs de l'établissement, sur le Pavillon Roumanie ce vendredi 22 mars, pour une petite demie-heure, à partir de 18 h 30.