Gabriel Matzneff : “Gallimard a raison, cela calmera les excités”

Camille Cado - 08.01.2020

Edition - Société - Affaire Matzneff pédophilie - Gallimard Matzneff livres - Matzneff lettre ouverte


Mardi 7 janvier, les éditions Gallimard ont annoncé la fin de la commercialisation des journaux de Gabriel Matzneff. Une décision qui fait suite à la sortie du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, dans lequel elle raconte avoir vécu une relation sous l’emprise de l’écrivain, à l’époque quinquagénaire, alors qu’elle n’avait que 13 ans. L’auteur, qui fait depuis peu l’objet d’une enquête pour viols sur mineur, s'est exprimé sur le choix de la maison.

Gabriel Matzneff - crédit INA


Alors que le ministre de la Culture, Franck Riester, a laissé entendre que l’auteur se verrait bientôt privé de son allocation annuelle versée par le Centre national du livre et destitué de ses médailles, les éditions Gallimard ont sonné la fin de la commercialisation de son journal. Dans une lettre  adressée à BMFTV, et rendue publique par le média, Gabriel Matzneff se confie.

« La décision d’Antoine Gallimard de suspendre la vente des volumes publiés de mon journal intime ? Je pense qu’il a raison, cela calmera les excités » a déclaré l’auteur, aujourd’hui âgé de 83 ans. « [Ils] auront ainsi le temps de lire mes essais, par exemple Le Taureau de Phalaris et La Diététique de lord Byron, ou un roman tel que Les Lèvres menteuses publiés en poche dans la collection Folio pour deux d’entre eux, dans La Petite Vermillon pour le troisième. »
 

Rien vu, rien entendu


Gabriel Matzneff en profite pour revenir sur la déferlante de l’affaire qui ne faiblit pas depuis la publication du livre de Springora. Il stipule s’être retiré dans sa tour d’ivoire « loin de Paris », se disant « trop faible, trop démoralisé pour avoir la force de répondre à [des] questions ».

« D’ailleurs, j’ai le sentiment que, quoi que je dise ou écrive aujourd’hui, cela se retournerait contre moi », souligne-t-il avant de revenir sur la première lettre adressée à Vanessa Spingora, publiée par L’Express la semaine dernière. Un texte qu’il dit avoir écrit avec « le sang du cœur ». « Mon texte a été largement lu, diffusé, mais, me disent mes amis qui suivent ça de près (moi, je ne lis rien, je n’entends rien), les attaques n’ont pas cessé pour autant. »

L’auteur rejette aujourd’hui la faute sur l’évolution des mœurs et sur notre société contemporaine tachée de « la vague de néo-puritanisme arrivée des États-Unis ». « S’ils étaient publiés aujourd’hui [ses livres, NdR], feraient scandale ; mais je trouve idiot, extravagant, que l’on me fasse en 2020 grief de livres publiés il y a plus de trente ans, voire il y a plus de quarante ans (Les Moins de seize ans est paru en… 1974 !) ! »

Il n'empêche que les faits reprochés relèvent de la pédophilie, qui était déjà condamnée à la parution des ouvrages en question. On ne peut s'empêcher de regarder avec consternation la nonchalance des réponses qu'apporte l'écrivain. 
 

La faute au temps


Il souligne par ailleurs qu’il s’agit « de livres qui, lors de leur publication, furent reçus avec faveur, parfois avec enthousiasme,  par la presse française, belge, suisse ; qui sont régulièrement réédités ; qui, depuis plus de trente ans, voire plus de quarante ans, se trouvent sur les rayons des libraires et sur ceux des bibliothèques ».

Récompensé par plusieurs prix, dont le prix Renaudot essai en 2013 et le prix Cazes en 2015, Gabriel Matzneff a également été fait Chevalier de l’ordre national du Mérite en 1998 et Officier des Arts et des Lettres en 1995 par Jacques Toubon. Une décision que l’ancien ministre de la Culture regrette aujourd’hui. « Il est clair que je n’aurais pas dû remettre cette décoration dans cette circonstance » a-t-il déclaré à Quotidien

Quant à ses « galipettes coupables post-soixante-huitardes », l’auteur incrimine les usages d’une époque libératrice. « Oui, sans doute étions-nous inconscients, nous avons été nombreux à nous laisser enivrer par l’air de liberté, le parfum libertaire de cette époque insouciante qui dura une quinzaine d’année. » 
 

Pointant ce temps où « du désir amoureux à l’usage des drogues [...] des centaines de milliers de Français ont cru pouvoir s’affranchir des règles de la Société bourgeoise ».

« Seule l’intention de me nuire peut justifier que l’on sorte comme ça, comme un lapin d’un chapeau de magicien, des phrases qui dorment depuis des décennies dans ceux de mes livres écrits à l’époque où j’avais, comme des centaines de milliers de Français et de Françaises de ma génération et de la suivante, une vie que les moralistes s’accordent à juger dissolue », conclut ainsi l’auteur. 
 



Commentaires
Seule votre lâcheté vous condamne, celle qui s'abrite derrière votre masque de pervers narcissique. Prenez conscience, allez voir chacune de vos victimes et réparez-les, occupez-vous d'elles, assumez les conséquences de vos actes, soyez un type bien avant de crever, soyez vous-même, retrouvrez le petit Gabriel où vous l'avez laissé, recroquevillé au fond d'un cagibi, et sortez-le de là, qu'il respire à pleins poumons avant de rendre l'âme... Amen
Ce gus ne manque pas d'air quand il use du terme : " excités" ! S'est-il seulement enquis de la forme d'"excitation" qui animait ses relations, des victimes pour la ?plupart...
Oui, parfaitement en accord avec vous : on souhaite sentir chez cet homme une prise de conscience, une expansion de conscience, qui l'amène à observer les faits et puisqu'il est encore de ce monde qui change et qui s'âme-éliore, alors avoir cette bienveillante humilité de retourner vers ses victimes et les écouter, les entendre sur comment elle/ils ont vécu ces moments. Les semaines à venir seront importantes : je serai vigilant à noter s'il va enfin "grandir" aux yeux de nous tous en agissant dans cette démarche d'empathie et de pardon vers autrui.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.